Viavoice publie ce samedi son baromètre annuel des attentes des Français vis à vis des médias. Un baromètre particulier, alors que le mouvement des "Gilets jaunes" a fortement modifié les priorités du gouvernement.

Conférence de presse des représentants des "Gilets jaunes" dans les locaux de La Provence, à Marseille, le 5 janvier 2019.
Conférence de presse des représentants des "Gilets jaunes" dans les locaux de La Provence, à Marseille, le 5 janvier 2019. © AFP / BORIS HORVAT

Les Français déplorent un traitement trop identique de l'actualité chez la plupart des médias. Alors que s'ouvre la douzième édition des Assises du journalisme, à Tours, Viavoice publie, pour France Télévisions, France Médias Monde, le Journal du Dimanche et Radio France, son baromètre* annuel sur les attentes des Français envers les journalistes et l'information.

Si le journaliste demeure "très" ou "assez" utile pour plus de neuf répondants sur dix (91 % vs 92 en février 2018), 63 % Français déplorent une information très uniforme sur la plupart des médias. Ils regrettent également le goût des journalistes pour "la violence" ou le "sensationnalisme" (77 %), le manque d'équité quand il s'agit de donner la parole à tous les points de vue (72 %) et estiment que les actionnaires qui financent ces médias, les personnalités au pouvoir et les élites économiques ont trop d'influence sur la manière dont sont décidés les contenus des médias.

Les personnes sondées n'attendent donc plus autant qu'avant des "révélations" de faits ou pratiques illégaux ou choquants (47 % vs 48 % en 2018), mais leur demandent de mieux traiter la désinformation et d'entraver la propagation de fake-news en vérifiant les rumeurs et en dénonçant les fausses informations (66 %, soit une progression de 5 points). Si les citoyens attendent toujours des informations pratiques, des sujets de la vie quotidienne, ils souhaitent aussi entendre davantage "l'opinion de personnalités et de spécialistes reconnus dans leur domaine".

Attentes contradictoires concernant la médiatisation des "Gilets jaunes"

Viavoice note également que seuls 36 % des personnes sondées estiment que le mouvement des "Gilets jaunes" a été "bien couvert" par la plupart des médias. 

Capture d'écran du baromètre Viavoice 2019
Capture d'écran du baromètre Viavoice 2019

Pour les répondants, la couverture de cette crise n'a pas suffisamment montré tous les aspects du mouvement, en donnant soit trop la parole au pouvoir (35 %) soit trop aux "Gilets jaunes (18 %). Ils ne sont que 34 % à estimer que la parole a été équilibrée.

Capture d'écran du baromètre Viavoice 2019
Capture d'écran du baromètre Viavoice 2019

De moins en moins disposés à payer pour s'informer

Le baromètre s'intéresse également à l'investissement des lecteurs, auditeurs et téléspectateurs et note un réel fossé en fonction des générations. Seulement 37 % des personnes sondées estiment qu'une information de qualité n'est pas gratuite. Un recul de trois points sur un an qui s'accentue en fonction de l'âge : chez les plus jeunes, peu consommateurs de médias traditionnels et au contraire très présents sur les réseaux sociaux, l’essor de ces derniers rend la consultation directe des médias en ligne de moins en moins nécessaire. 

Pour autant, si les 18-34 ans restent les moins nombreux à se dire prêts à payer l'information, c'est chez les 50-64 ans et chez les 65 ans et + que la chute est la plus remarquable. En 2018, 57 % des plus de 65 ans estimaient nécessaire de payer pour information de qualité. Un an plus tard, ils ne sont plus que 45 %.

*Etude réalisée en ligne sous forme d'interview entre le 11 et le 18 février 2019 auprès d'un échantillon, représentatif de la population française de 18 ans et plus selon la méthode des quotas, de 1005 personnes.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.