Jérémie Mani, spécialiste de la modération sur Facebook, a regardé la tonalité des commentaires postés sur les pages Facebook de grands médias depuis l'allocution présidentielle de lundi. "Ça a repris plus fort et il y a énormément d'agacements liés aux mesures annoncées", dit-il.

"On parle toujours autant des gilets jaunes" sur Facebook depuis les annonces d'Emmanuel Macron "et il y a très peu de commentaires favorables", dit un expert des réseaux sociaux.
"On parle toujours autant des gilets jaunes" sur Facebook depuis les annonces d'Emmanuel Macron "et il y a très peu de commentaires favorables", dit un expert des réseaux sociaux. © Capture d'écran

Après les annonces d'Emmanuel Macron, le mouvement des "gilets jaunes" est-il en train de faiblir ? "Si on fait l'analyse des commentaires Facebook liés à l'actualité, depuis l'allocution de lundi soir, ce n'est pas du tout en train de faiblir, ça a même repris de plus belle et il y a énormément d'agacement liés aux mesures qui ont été annoncées", explique à France Inter Jérémie Mani, président de Netino, une entreprise qui modère les pages Facebook de la plupart des grands médias français comme TF1, France Télévisions, Le Monde ou Le Figaro.

Sur ces pages, il y a eu plusieurs centaines de milliers de messages postés depuis lundi sur les "gilets jaunes". Et d'après Jérémie Mani, ces messages représentent un tiers des commentaires.

Quelle est la tonalité de ces messages ? L'analyse d'échantillons de messages Facebook postés depuis trois jours montre qu'il y a "extrêmement peu de commentaires favorables ou positifs sur ce qui a été annoncé", explique le président de Netino. "Et paradoxalement, on retrouve des gens qui sont mécontents pour des raisons différentes, entre ceux qui considèrent que ce n'est pas assez et ceux qui considèrent que c'est trop et que ça va creuser le déficit de l'État", dit-il.

Du coté des "gilets jaunes", il y a un consensus sur le fait que les mesures annoncées, dont le coup de pouce aux smicards de 100 euros sont "bonnes à prendre mais pas suffisantes", assure cet expert des réseaux sociaux.

"L'attentat de Strasbourg a pollué la conversation"

Les messages Facebook qui concernent les "gilets jaunes" ne sont pas le fait de quelques centaines ou quelques milliers de personnes qui commentent beaucoup. "L'écrasante majorité des messages proviennent d'internautes qui publient un ou deux commentaires, pas plus. Les quelques milliers qui commentent énormément, représentent un faible pourcentage de l'ensemble des contributions".

L'attentat de Strasbourg, survenu depuis l'allocution d'Emmanuel Macron, "a pollué la conversation". On est entré mardi "dans une période un peu étrange où le sujet est toujours autant débattu mais où ça part dans tous les sens" avec par exemple des "gilets jaunes" conspirationnistes qui croisent le fer avec des anti-conspirationnistes.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.