Un rapport remis à Matignon, le premier du genre, montre que le public n’est pas meilleur élève que le privé dans les discriminations à l'embauche.

Remise du rapport sur la discrimination dans l'emploi public
Remise du rapport sur la discrimination dans l'emploi public © AFP / Jacques Demarthon

C'est la première fois qu'une opération de "testing" est effectuée, en France, dans la fonction publique. Cette enquête, conduite par Yannick L’Horty (enseignant-chercheur à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée) et réalisée fin 2015, a porté sur l’envoi de 3.258 candidatures en réponse à 1.086 offres. Les résultats, rendus ce mardi au Premier Ministre, démontrent que les candidats d’origine maghrébine et ceux vivant dans les quartiers défavorisés sont pénalisés dans l’accès à certaines fonctions publiques. Par ailleurs, les enfants d'agents publics sont surreprésentés : '"un tiers des agents de la fonction publique d'Etat sont des enfants de fonctionnaires". Les descendants d'immigrés sont quant à eux "sous-représentés" : ils ont "8% de chances en moins d'occuper un emploi publique que les natifs".

Les explications de Claire Chaudière, du service Société de France Inter.

1'15

Rapport sur les discriminations à l'accès à l'emploi public

Par Claire Chaudière

L’hôpital et la fonction territoriale, mauvais élèves

La campagne de testing a été menée au sein de cinq professions de la Fonction publique : policier national, infirmier en soins généraux, responsable administratif, technicien de maintenance et aide-soignante. Le rapport salue l’absence de discrimination constatée lors du recrutement de policiers. En revanche, le constat est moins positif dans les hôpitaux publics et pour la fonction publique territoriale, où les modes de recrutement sont "très décentralisés et peu organisés".

"Des discriminations apparaissent entre une candidate dont le patronyme est de consonance française supposée, et une candidate dont le patronyme est de consonance maghrébine supposée, ou encore selon le lieu de résidence". Rapport sur les discriminations dans l'accès à l'emploi public.

Les concours ne gomment pas les inégalités

Ce rapport montre également que les femmes, les personnes qui ne sont pas nées en France métropolitaine, et celles qui habitent des quartiers défavorisés, ont moins de chance de réussir (panel de 400.000 candidats à 90 concours relevant des ministères des Affaires Etrangères, de l’Intérieur, de l’Education Nationale, de la Recherche et du Travail).

Le gouvernement promet des mesures

A la remise du rapport, Manuel Valls a déploré qu’en "créant un décalage incompréhensible entre la promesse républicaine d’égalité, de méritocratie, et la réalité, ces pratiques ébranlent ce qui fonde notre cohésion nationale". La ministre de la Fonction Publique, Annick Girardin, assure que "ce type d’enquête sera désormais rendu public chaque année".

De son côté, Marisol Touraine, ministre de la Santé, garantit qu’un testing national sera lancé dans six mois au sein d’un panel d’établissements publics représentatifs, jugeant "inacceptables" les résultats de l’étude sur l’hôpital public. Une mission complémentaire viendra apporter des recommandations pour palier ces discriminations.

Fin 2014, on comptait deux millions d’agents dans la fonction publique territoriale et 1,2 dans la fonction publique hospitalière.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Lire le rapport complet "Les discriminations dans l'accès à l'emploi public"

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.