Le loup est-il aux portes de Paris ? Cela ne fait aucun doute pour deux associations. "Alliance avec les Loups" et "l'Observatoire des loups" ont recueilli éléments et témoignages

Ce loup se trouve dans un parc animalier de la Creuse, mais d'autres, en liberté, auraient-été vus aux portes de Paris
Ce loup se trouve dans un parc animalier de la Creuse, mais d'autres, en liberté, auraient-été vus aux portes de Paris © CC Gilles Couteau (Flickr)

Après avoir presque disparu il y a 90 ans, les loups étendent petit à petit leur territoire depuis le début des années 90. C'est d'ailleurs le thème de la réunion d'évaluation qui a lieu ce mercredi au Museum d'histoire naturelle, en présence de Barbara Pompili, la secrétaire d'Etat chargée de la biodiversité. Selon le dernier recensement, les loups seraient 292 dans l'hexagone, mais sont-ils pour autant arrivés en Île-de-France ?

Alliance avec les Loups et l'Observatoire du loup ont recueilli plusieurs éléments et témoignages qui prouvent selon eux la présence de canis lupus dans les départements de la Seine et Marne, l'Essonne et des Yvelines.

Les témoignages se multiplient

Manoël Atman, le président d'Alliance avec les loups, a reçu mardi matin un appel d’un habitant de Seine et Marne, membre de son réseau, qui aurait photographié un loup il y a quatre jours : "vu comment il me l’a décrit : masque labial blanc, queue touffue, explique Manoël Atman, ce n’est pas un renard". L'homme a pu prendre deux clichés de l'animal, de profil et de dos.

Des témoignages qui se multiplient, une dizaine au total. Cet ancien militaire qui traque d'habitude l'animal dans le Massif central en est sûr, au moins trois loups sont présents en Île-de-France. Son réseau a trouvé des empreintes et surtout deux carcasses de chevreuils dans la forêt de Rambouillet qui portent, selon Manoël Atman, la marque du loup : "colonne vertébrale brisée, consommation des viscères rouges comme le cœur et les poumons. Ça c’est typique du loup. Ce que l’ONCFS (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage) n'a pas trouvé, c’est la morsure d’immobilisation du prédateur en haut du cuisseau".

L'une des carcasses de chevreuil trouvées dans la forêt de Rambouillet
L'une des carcasses de chevreuil trouvées dans la forêt de Rambouillet © Alliance avec les Loups

Loups ou renards ?

Car l'Office national de la Chasse et de la faune sauvage est loin d'avoir le même avis. Pour son délégué régional, Eric Hansen, on imagine des loups alors qu'il s'agit de renards : "ce n'est absolument pas une attaque de loup. On a eu un assez grand nombre de cas de mortalité de chevreuils par différentes maladies. Lorsque l’animal est mort, il est classique que les renards viennent manger les viscères et des morceaux d’animal. Lorsque les loups seront présents en région parisienne, je vous assure que des témoignages il y en aura pléthore !"

S'il réfute sa présence actuelle, l'Office reconnait que le loup sera bien de retour en Île-de-France. Mais impossible de savoir quand. Ses plus proches observations ont été faites dans la Nièvre, à plus de 200 kilomètres de Paris.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.