Le célèbre écrivain français Daniel Pennac partage avec vous sa vision de la crise du Covid-19 et son ressenti sur la situation de confinement actuelle. Le romancier, créateur de la célèbre saga des "Malaussène" publiée chez Gallimard, vous donne quelques conseils, notamment de lectures.

Les lumières de l'écrivain Daniel Pennac pour mieux se libérer du Covid-19
Les lumières de l'écrivain Daniel Pennac pour mieux se libérer du Covid-19 © AFP / MIGUEL MEDINA / AFP

Une guerre commune inédite : la guerre contre le covid-19

DP : "La première chose à laquelle je pense, c'est aux gens.

Il faut savoir que ça fait 80 ans que les Français ne se sont pas trouvés impliqués dans un évènement commun.

Le dernier évènement commun qui impliquait tous les Français, c'est la guerre de 1940 pendant la Seconde Guerre mondiale. Les autres évènements, que ce soit les attentats, la guerre d'Algérie, n'impliquaient pas tout le monde et, là, tout d'un coup, la totalité des gens sont impliqués dans un évènement commun qui, en effet, peut s'apparenter à une guerre contre le Covid-19. C'est absolument unique dans l'histoire de France, nous n'avons jamais eu 80 années de paix sur le territoire national sans guerres intérieures. 

La situation actuelle, avec ses interdictions, on peut l'assimiler à une sorte de situation psychologique de guerre. Il est tout à fait normal que les gens soient stressés et que ça engendre des comportements d'affolement, des réflexes de survie personnels avec les assauts de magasins. 

C'est assez normal tout ça mais il va simplement falloir s'adapter tout doucement, s'habituer à une situation qui elle-même ne va pas durer éternellement. L'autre sujet d'angoisse, c'est qu'on ne sait pas combien de temps cela va durer". 

Daniel Pennac rapproche le confinement actuel avec les "troglodytes" décris par Montesquieu 

Au XVIIIe siècle, Montesquieu avait déjà décrit cette nécessité absolue de solidarité des gens, comme aujourd'hui 'ne pas remplir son caddie sans se soucier s'il en restera pour les autres'... Un texte très emblématique sur ce que nous vivons et sur la nécessité absolue d'une solidarité pour la survie des gens et ça vaut à l'échelle de la planète.

Montesquieu dans "Les Lettres persanes" aborde la question de l'accumulation

Je penserai uniquement à moi, se disait-il, en parlant des méchants troglodytes, je me procurerai tous les besoins et pourvu que je les ai, je ne me soucierai point que tous les autres troglodytes soient misérables.

Voilà par exemple ce que l'on peut citer, dit-il, sur le désir d'accumulation en général et dans des périodes où tout le monde est confiné et où il est absolument indispensable de partager les biens existants avec tous les autres". 

La lecture, cette vertu qui en a aidé plus d'un à résister et à garder le moral

Lorsqu'il partage les livres qui pourraient, selon lui, vous réconforter en cette période de confinement, Daniel Pennac pense à ces gens qui ont été sauvés par la lecture dans des situations de claustration absolue : 

DP : "Souvenez-vous quand Jean-Paul Kauffmann est resté des mois, otage au Liban, il est resté des mois prisonnier et ce qui a vraiment sauvé son esprit, c'est sa relecture du second volume de La guerre et la paix de Léon Tolstoï.

Mais pensons aussi à l'écrivain chinois Dai Sijie qui s'est sauvé de son camp d'internement par la lecture d'Honoré de Balzac

Il y a beaucoup d'exemples comme l'écrivain Alexandre Soljenitsyne, sauvé du goulag par la lecture, et surtout sa propre écriture.

Antonio Gramsci a été sauvé des prisons mussoliniennes dans lesquelles il est resté des années durant et qui s'est sauvé par la lecture.

En réalité, on lit toujours contre quelque chose de précis : ici contre cette prison qu'est le coronavirus.

Ce coronavirus, cet enfermement que nous subissons représente une bonne occasion de 'lire contre' cette prison-là qui a, en effet, tous les airs d'une prison dont la lecture va permettre réellement de nous évader en allant dans un autre territoire : l'immense territoire de la littérature".

Des conseils de lectures, j'en ai plein ! 

"Ne serait-ce que mes dernières émotions de lectures : 

Avec Anton Tchekhov, vous ouvrez n'importe laquelle de ses lettres, vous aurez la sensation de vous retrouver avec un vieil ami qui est là et qui vous parle.

Ce livre est l'adaptation à la littérature du film "Huit et demi" de Federico Fellini. C'est un chef d'oeuvre, c'est le dernier livre qui m'a beaucoup impressionné, un roman franco-italien écrit en français". 

Aller plus loin

🎧 RÉÉCOUTER - Grand bien vous Fasse, "La vie quotidienne au temps du coronavirus"

📖 LIRE - Daniel Pennac est l'auteur de La loi du rêveur son dernier livre publié chez Gallimard

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.