les principaux syndicats de médecins boycottent la conférence santé
les principaux syndicats de médecins boycottent la conférence santé © MaxPPP / Bruno Levesque

Ce jeudi, le Conseil économique et social accueille la Grande conférence de la santé. Voulue par la ministre de la Santé Marisol Touraine, elle doit compléter la loi santé promulguée en janvier. Les principaux syndicats de médecins libéraux n'iront pas.

Seul le syndicat MG France a répondu présent à l'appel du gouvernement. Les autres ont décidé de boycotter la réunion et tenir des assises de la médecine libérale dans un hôtel parisien au même moment, toujours opposés à l'instauration du tiers payant généralisé.

La réforme de santé qui est nécessaire, elle [la ministre] ne l'a pas entamée, il fallait définir le rôle de chacun en ville et à l'hôpital, il fallait définir le rôle du patient, dégager des marges d'économie, modifier les études pour faire connaître aux étudiants l'exercice libéral lors de leur cursus universitaire... Tout ça, on lui propose depuis maintenant 4 ans (...) Cette conférence de santé, c'est une mascarade médiatique , déplore le docteur Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de France

►►► Le président de la Fédération des médecins de France boycotte la Conférence santé organisée par le gouvernement

50 sec

S conference santé

Apaiser la colère des médecins risque donc d'être compliqué pour le gouvernement. Même si des propositions devraient sortir de cette conférence comme une "protection maternité" pour les femmes médecins . Dans une interview aux Échos ce jeudi, Marisol Touraine évoque également la poursuite de l'expérience menée dans dix régions de la "régionalisation du numérus clausus ", adaptés aux besoins de chaque territoire. La ministre de la Santé dit aussi être favorable à une évolution de la rémunération des médecins . Une mesure évoquée dans deux semaines lors de négociations qui dureront plusieurs mois.

À défaut des médecins libéraux, seront présents à la Conférence santé les représentants des professions paramédicales, des hospitaliers, des jeunes médecins et des patients, chacun venant avec ses propres doléances.

Les jeunes médecins se plaignent d'avoir reçu une formation trop déconnectée de la réalité de leurs pratiques, ils estiment que leur mode de sélection au concours est trop rigide , leur protection sociale insuffisante et leurs évolutions de carrière limitées . Les professions paramédicales réclament des études moins chères et des passerelles pour poursuivre des études de médecine.

Au total, une vingtaine de propositions devraient être présentées par le Premier ministre ce soir.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.