L'ancien infirmier psychiatrique de 38 ans souffre de lésions cérébrales irréversibles depuis un accident de la route en 2008
L'ancien infirmier psychiatrique de 38 ans souffre de lésions cérébrales irréversibles depuis un accident de la route en 2008 © MaxPPP

Les médecins de Vincent Lambert se sont pas prononcés ce jeudi sur l'arrêt des soins du patient tétraplégique et ont annoncé vouloir saisir le procureur pour que soit désigné un représentant légal du patient, après avoir eu vent de projets d'enlèvement.

"L'équipe soignante n'a pas pris cette décision parce qu'elle refuse d'arrêter le traitement de Vincent Lambert (...). Mais parce qu'elle considère que les conditions de sécurité et de sérénité nécessaires pour mettre en oeuvre ce type de décision ne sont pas réunies", a expliqué jeudi après-midi Marisol Tourraine, la ministre de la Santé, après avoir assuré l’équipe médicale de son soutien.

Des projets d’enlèvement

Un peu plus tôt, les médecins de Vincent Lambert ont annoncé qu’ils ne s’étaient pas prononcés sur l'arrêt des soins du patient tétraplégique et qu’ils voulaient saisir le procureur pour que soit désigné un représentant légal du patient, après avoir eu vent de projets d'enlèvement. Les médecins souhaitent saisir le procureur de la République "pour mettre Vincent sous protection globale et déterminer un référent qui pourrait le représenter légalement", a expliqué François Lambert, neveu de Vincent à la sortie du conseil de famille convoqué par l'équipe médicale au CHU de Reims.

Les conditions d'un échange serein doivent absolument être rétablies dans l'intérêt de Vincent Lambert et de son accompagnement

"Le médecin en charge de Vincent Lambert a décidé de suspendre la procédure collégiale placée sous sa responsabilité", indique le CHU. Il estime que "les conditions de sérénité et de sécurité nécessaires à la poursuite de cette procédure, tant pour Vincent Lambert que pour l'équipe soignante, ne sont pas réunies".

"L'évaluation de Vincent Lambert a conduit à constater que la situation clinique était comparable à celle qui avait été rapportée par les experts mandatés par le Conseil d'Etat", note toutefois l'hôpital dans son communiqué. "Les conditions d'un échange serein doivent absolument être rétablies dans l'intérêt de Vincent Lambert et de son accompagnement", ajoute l'établissement.

L'"incompréhension totale" de l'épouse de Vincent Lambert

Rachel Lambert, épouse de Vincent Lambert, a exprimé, hagarde, son "incompréhension totale", après que les médecins ne se sont finalement pas prononcés sur l'arrêt ou non des soins prodigués à son mari. "Je suis dans l'incompréhension totale. La cour européenne et le Conseil d'État s'étaient prononcés, et j'espérais la fin de ce parcours judiciaire", a-t-elle déclaré en pleurs, cherchant ses mots, devant les journalistes, en sortant de l'hôpital.

Lésions cérébrales irréversibles

Les proches de Vincent Lambert, qui se déchirent sur son sort, se sont retrouvés à 14h à l'hôpital de Reims, où est soigné l'ancien infirmier psychiatrique de 38 ans, qui souffre de lésions cérébrales irréversibles depuis un accident de la route en 2008. Depuis deux ans, ils s'opposent par tribunaux interposés ou dans les médias sur le sort de leur époux, fils ou frère, dont le dossier a rouvert le débat sur la fin de vie en France.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.