Alors que s'ouvre ce lundi le "Ségur de la santé" sur les salaires des personnels de santé, les partenaires sociaux craignent un énième plan sans impact réel. Mais les soignants hospitaliers sont-ils si mal payés ? La comparaison fait arriver les soignants français en queue de peloton dans l'OCDE.

Une manifestation devant l'hôpital Debré, à Paris
Une manifestation devant l'hôpital Debré, à Paris © AFP / Philippe Labrosse / Hans Lucas

Les salaires des soignants hospitaliers sont au menu d'une grande réunion multilatérale des partenaires sociaux. L'annonce, par le ministre de la Santé Olivier Véran, d'un "Ségur de la santé", a laissé dubitatifs les représentants du secteur, qui craignent un énième plan sans impact réel sur les salaires des personnels des hôpitaux. "Il faut travailler à une augmentation (...) au-delà des primes", promet le ministre, en vu d'un plan "cet été". 

Mais les soignants français sont-ils si mal payés ? Si on compare leur rémunération avec celle des autres puissances économiques occidentales, la réponse est nette : oui. Avec 2 070 euros nets de rémunération par mois, les infirmiers hospitaliers français sont parmi les plus mal lotis de l'OCDE. Ils arrivent en 23e place sur 29 si l'on tient compte du coût de la vie. 

Bien moins payés que leurs collègues allemands, belges, espagnols et italiens, la rémunération des infirmiers et infirmières dans les hôpitaux en France est plus faible que le salaire moyen national. En comparaison, en Espagne, un infirmier gagne 1,3 fois plus que le salaire moyen. Au Mexique, c'est presque deux fois plus. 

Quid des médecins salariés ? Les spécialistes français gagnent 37% de moins que leurs collègues allemands, en termes relatifs. Ils arrivent ainsi en queue de peloton des pays de l'OCDE. Des conditions peu avantageuses, si l'on y ajoute les conditions difficiles de travail et le sous-effectif. Aujourd'hui, cinq ans après leur diplôme, un tiers des infirmiers français abandonnent leur métier. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.