Insultés, isolés dans des familles homophobes, dans des cas extrêmes mis à la rue... La communauté LGBT+ est victime de violences et de discriminations en cette période d'épidémie de coronavirus et de confinement. À tel point que l'ONU appelle les États à prendre des mesures.

L'ONU alerte sur la vulnérabilité des personnes LGBT+ en cette période d'épidémie.
L'ONU alerte sur la vulnérabilité des personnes LGBT+ en cette période d'épidémie. © Getty / Marianne Purdie

L'ONU alerte sur la vulnérabilité des LGBT face à la crise du coronavirus. Tout comme les détenus, les enfants, les migrants et les femmes, les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenre sont particulièrement exposées à des discriminations et à des violences en cette période d'épidémie, détaillent les Nations unies.

Sur Twitter, la Haut-commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, s'alarme ainsi de la précarité de la population LGBT : "Pour les personnes LGBTI, le domicile peut ne pas être un endroit sûr. Étant donné les restrictions et les mesures de confinement, nous devons nous assurer qu'elles aient accès à un refuge et à un soutien en cette période de crise du Covid-19."

Trouver des hébergements pour les jeunes LGBT en situation critique

En France, Le Refuge propose un hébergement temporaire et des solutions d'accompagnement aux personnes LGBT . Dès le début du confinement, il a dû agir rapidement. "Quand le confinement a été déclaré, on avait une trentaine de jeunes à la rue ou en hébergement très précaire", fait savoir à France Inter Nicolas Noguier, président de l'association (devenue le 14 mars une fondation). Le Refuge a ainsi passé les dix premiers jours à essayer de trouver des solutions pour ces jeunes en situation critique : "On a réussi à sécuriser tout le monde mais ça a été difficile car on avait quelques jeunes en auberge de jeunesse, qui ont fermé, donc on a dû leur trouver des places en urgence."

En cette période de crise, la fondation reçoit de plus en plus d'appels de jeunes confinés au sein de familles homophobes, qui subissent des violences psychologiques et parfois physiques de parents ou de beaux parents. Confinés entre quatre murs, impossible de trouver des échappatoires à ces environnements hostiles, détaille Nicolas Noguier : "Ils nous expliquent qu’avant le confinement ils allaient à l’école, au lycée, à la fac, voyaient des amis. Le fait d’être 24h/24 dans un environnement homophobe, c'est très éprouvant."

"Ses parents n'ont pas voulu le garder, ils l'ont mis à la porte"

Et, constat alarmant, "des parents chassent quand même leurs enfants du domicile, même en période de confinement", note atterré le président de la fondation, qui donne l'exemple d'un jeune homosexuel habitant à Thionville, en Moselle : "Il était dans un environnement familial très hostile, nous décrivait des situations de violence. Ses parents n’ont pas voulu le garder, ils l'ont mis à la porte. II a fallu qu’on trouve une solution." L'association lui a donc financé un trajet en train Thionville-Toulouse, où un hébergement était disponible. Tous les jours, Le Refuge se démène pour trouver hôtels ouverts, logements sociaux, ou solutions de déplacement.

Une cellule de crise a été mise en place pour sécuriser les 273 jeunes hébergés dans le cadre de l’association, avec notamment des distributions d'aide alimentaire plusieurs fois par semaine. Sans compter la cellule d'écoute, très sollicitée, avec quatre-vingt dix bénévoles au bout du fil : "Depuis trois semaines c’est devenu beaucoup plus soutenu : on a au moins 25% de plus d’appels, surtout de gens qui ont besoin de parler." 

Courriers menaçants 

Besoin de parler et aussi, pour certains, de dénoncer une homophobie rampante qui ne vient pas forcément de proches, comme le prouve ce témoignage d'Arnaud dans le magazine Têtu. Le 8 avril dernier, ce Nîmois de 38 ans a eu la désagréable surprise de trouver dans sa boîte aux lettres un courrier homophobe anonyme, reçu - le comble - après avoir proposé de l'aide à ses voisins. On peut notamment y lire : "Nous n'avons rien contre les homosexuels mais nous savons que vous serez porteur avant les autres comme le sida l'a été (sic)" :

La lettre homophobe déposée par un voisin dans la boîte aux lettres d'Arnaud.
La lettre homophobe déposée par un voisin dans la boîte aux lettres d'Arnaud. / Arnaud

"Ma réaction première a été de déchirer le courrier, de cracher dessus et de le jeter. Je trouvais ça horrible que ça arrive en cette période-là. J’avais vu passer sur les réseaux sociaux des lettres de menaces reçues par des infirmiers ou des personnels soignants. Je me suis dit : 'Ce n’est pas possible. Pourquoi moi ?'", réagit Arnaud, qui a décidé de déposer plainte. Menace homophobe du même ordre découverte par un couple de Marseillais, sur le pare-brise de leur voiture.

"On eu différentes saisines de personnes LGBT qui reçoivent des courriers anonymes leur demandant de quitter leur résidence, de ne pas toucher les poubelles etc…", indique effectivement à France Inter Johan Cavirot, qui préside l’association FLAG ! (Association LGBT des agents des Ministères de l'Intérieur et de la Justice, Pompiers, Policiers municipaux et alliés). Des plaintes ont été enregistrées, confirme-t-il : la première à Marseille, il y a deux semaines, et à Nîmes vendredi dernier. Des plaintes sur Paris sont aussi en train d’être traitées.

"La police peut récupérer le courrier pour qu’il soit analysé par la police scientifique et remonter aux auteurs, par des relevés d'empreinte notamment." Ces derniers ont-ils été identifiés ? "Les analyses se font à Lyon, c’est trop tôt aujourd’hui pour avoir des retours", précise Johan Cavirot, qui estime qu'en ce contexte de crise "les grands oubliés des victimes sont les LGBT."

Des amendements en faveur des LGBT non adoptés à l'Assemblée

Face à l'urgence sanitaire et son impact social et économique, l'ONU appelle les États à prendre en compte les vulnérabilités des personnes LGBT , incluant les personnes plus âgées et sans domicile fixe, "pour être sûr que ces personnes LGBT soient entièrement prises en charge."

Pourtant, vendredi dernier, trois amendements allant dans ce sens, défendus dans le cadre du projet de loi de finances rectificative pour 2020, n'ont pas été adoptés lors d'une séance à l'Assemblée nationale. Pour être précis, les amendements 360, 408 et 453, amendements défendus respectivement par les députés Matthieu Orphelin (groupe Libertés et territoires), Christine Pires Beaune (Socialistes et apparentés) et Sonia Krimi (La République en Marche). 

L'amendement 453 défendu par Sonia Krimi, notamment, appelait à renforcer "exceptionnellement la prise en charge et l’hébergement d’urgence des jeunes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres". L'avis de la commission ? "Demande de retrait et, à défaut, avis défavorable." Et le gouvernement ? "Même avis." (La restitution complète des débats tenus lors de la séance à retrouver ici.) 

"C’est une absence de réponse très violente pour ces jeunes-là", Christine Pires Beaune, députée Socialistes et apparentés

Christine Pires Beaune, dont l'amendement a été rejetée, déplore le comportement du gouvernement : "Je pense que le pire a été le fait qu'il ne prenne pas la peine de répondre et de donner des arguments. J'ai trouvé ça très dur, je pense que sur une question comme ça ils auraient au moins pu prendre la parole", raconte la députée, dont l'amendement ouvrait 120 000 euros de crédit pour permettre de financer des nuits d'hôtel aux jeunes LGBT précaires :  "Certes il y a aujourd’hui l’association le Refuge, mais il n’ont pas des antennes partout et ils manquent de moyens aussi."

Un retrait "inadmissible", juge justement Nicolas Noguier, le président du Refuge. "C’est regrettable", soupire de son côté Johan Cavirot, de FLAG ! : "On ne demande pas des millions d’euros. Vu le plan d’urgence, je ne suis pas sûr que quelques chambres d’hôtel réservées aux personnes LGBT auraient été de trop."

La réaction de la députée LREM Sonia Krimi, pour qui le rejet de son amendement est un "symbole violent de manque d’empathie vis-à-vis des victimes qu’on renvoi au placard", à retrouver également ici.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.