Les pompiers n’attirent plus autant qu’avant, alors pour y remédier, ils dopent leur présence sur les réseaux sociaux.

Les pompiers de Paris tentent de recruter via les réseaux sociaux
Les pompiers de Paris tentent de recruter via les réseaux sociaux © AFP / GEOFFROY VAN DER HASSELT

Une vidéo des pompiers de Paris avec Tibo Inshape, le Norman de la muscu sur YouTube, a été vue plus de 2 millions de fois en quatre mois. Une bonne pub pour les hommes du feu quand on sait que Tibo Inshape est suivi par plus de 3 millions de personnes sur YouTube pour ses vidéos, dont le seul objectif est de montrer ses muscles.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Il y a aussi des vidéos, parfois plusieurs par jour, diffusées sur les comptes Facebook et Twitter des pompiers, ainsi que le compte Snapchat "Pompiers Paris". Une manière de montrer le quotidien de leur métier, notamment aux plus jeunes qui sont de moins en moins nombreux lors des recrutements. Les pompiers de Paris ont aussi organisé un live pour parler du recrutement.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Aujourd’hui le métier attire toujours, mais moins qu’avant. Chez les pompiers de Paris, par exemple, qui sont des militaires, on est passé de 8 candidatures pour un poste à moitié moins aujourd’hui. En 2017, ils souhaitent recruter entre 600 et 800 jeunes de 18 à 25 ans. Un chiffre bien faible quand on compare aux 17 000 soldats qui devraient faire leur entrée dans l’armée cette année.

Les nombres de pompiers volontaires, lui aussi, est en baisse. Ils étaient plus de 200 000 au début des années 2000, contre 192 000 en 2013 selon la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France.

ÉCOUTER | Le reportage d'Hélène Chevallier dans la caserne de Champerret, à Paris

1 min

Reportage dans la caserne de Champerret, à Paris

Par Hélène Chevallier
Thèmes associés