Les drones, qui ont survolé les centrales, n'étaient pas dangereux selon le gouvernement
Les drones, qui ont survolé les centrales, n'étaient pas dangereux selon le gouvernement © maxppp

Un nouveau survol d'une centrale par un drone a été signalé dans la nuit de jeudi à vendredi au-dessus du site nucléaire de Marcoule dans le Gard.

Une quinzaine de vols de drones ont été signalés au-dessus ou aux abords d'installations nucléaires françaises depuis début octobre sans que les responsables du phénomène et leurs motivations aient pu être clairement identifiés.

A ces cas s'ajoute celui détecté mercredi près de la centrale de Belleville sur Loire. Deux hommes, passionnés de modélisme, ont été interpellés en possession de drones et ont été mis en examen pour survol volontaire d'une zone interndite et remis en liberté vendredi,a vec l'interdiction de se rendre à Belleville sur Loire, Après enquête la justice a considéré que leur acte était sans lien avec les survols de sites nucléaires qui perdurent ailleurs en France, toujours inexpliqués.

Pour le procureur de Bourges, ce sont d'inoffensifs passionnés de modélisme.

Mais pour certains, qui habitent près des centrales, ces survols sont une source d'inquiétude supplémentaire. llustration aux Pieux, dans la Manche. Le directeur de la centrale de Flamenville a été interpellé par les habitantsReportage de Marion Aquilina

Le

Le seul recours, actuellement, des forces de l'ordre pour neutraliser ces drones, accessibles à tous dans le commerce, est de les tirer avec des cartouches remplies de plomb, comme pour le petit gibier.

La Fédération française d'aéromodélisme et la Fédération professionnelle du drone civil ont, elles, condamné mardi ces survols de centrales nucléaires, les jugeant contraires aux "pratiques et engagements" du secteur.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.