Une étude montre que dans huit cas sur dix, les stations de traitement des eaux usées individuelles ne font pas leur travail.

Les systèmes d'épuration individuels peu efficaces
Les systèmes d'épuration individuels peu efficaces © AFP / Patrick Glaume / Biosphoto

En France, 15 à 20% de la population ne sont pas raccordés au tout-à-l'égout et doivent s'équiper de stations d'épuration individuelle. En plus des fosses sceptiques (obligatoires), désormais les installations fleurissent pour les particuliers afin de rejeter dans l'environnement des eaux traitées (des dispositifs recommandés). Au total, 12 à 15 millions de personnes ne sont pas raccordées au système collectif de traitement des eaux usées.

Il y a en France cinq millions d'installations individuelles qui ne sont pas raccordées au réseau collectif d'assainissement. Ces dispositifs sont de toutes sortes : filtration par laine de roche, végétaux, sable, copeaux de coco.

L'évaluation par le Groupement national public a concerné 246 dispositifs dans 22 départements. Une évaluation scientifique sous la houlette de l'IRSTEA, institut de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture. La qualité de l'eau en sortie et la facilité d'entretien ont été les principaux critères. Le résultat a surpris Catherine Boutin, la coordinatrice de l'étude.

Huit installations sur dix sont inacceptables alors qu'elles ont majoritairement moins de quatre ans.

Ce sont souvent les maires qui incitent les habitants à avoir un système d'assainissement. Et l'association des maires ruraux de France est partenaire de l'étude. Pour Dominique Dhumeaux de l'association des maires ruraux de France et maire de Ferté-sur-Sarthe, c'est souvent le maire qui dit aux habitants que leur système d'assainissement est obsolète et qu'ils doivent en changer (...) :

Nous sommes surpris par les résultats de cette étude car le matériel est agréé donc on pourrait supposer qu'il fonctionne correctement.(...) On a souvent des gens qui se sont endettés pour acheter ce matériel et finalement vont se rendre compte qu'il ne fonctionne pas, voire qu'il pollue plus qu'avant. Puis l'impact sur l'environnement est également très négatif.

Les techniques qui fonctionnent

Sur 21 dispositifs étudiés, seulement cinq sont aptes à délivrer une qualité d'eaux usées traitées acceptable.

Le rapport disponible pour le grand public n'est pas tout à fait comparable à une enquête de consommateurs, puisque les marques ne sont pas données. Toutefois, les particuliers pourront s'y retrouver puisque seules trois filières passent la barre : les filtres à sable, les filtres par les végétaux et la filière copeaux de coco.

On espère que l'État va faire évoluer les seuils pour que l'agrément du matériel soit plus difficile à obtenir. J'ai l'impression de parler de Volkswagen avec le diesel !

►►►CONSULTER | Les conclusions de l'étude Irstea

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.