Taxi
Taxi © Reuters

Jean-Marc Ayrault l'avait promis ce matin : il a donc tranché. Les immatriculations de VTC sont gelées pendant 60 jours, le temps de la négociation. Les représentants des taxis ont été à nouveau entendus ce matin par le député en charge du dossier. Il recevra les représentants des VTC dans les prochains jours. Les premiers accusent les seconds de concurrence déloyale.

Thomas Thévenoud tient le rôle central dans cette affaire. Le député PS est le médiateur dans l'affaire qui oppose taxis et VTC.

Les taxis ont donc une nouvelle fois fait part de leurs doléances. Evidemment, le problème ne sera pas réglé immédiatement mais dans l'intervalle, c'est le gouvernement qui va devoir trancher et trouver une solution d'apaisement avant de lancer les négociations.

Les précisions de Marion L'Hour

Les taxis dénoncent une trop grande différence de traitement entre les deux statuts : une licence pour VTC ne coûte que 120 euros, contre 200.000 euros en moyenne pour un taxi.

Leur colère était montée d'un cran le 5 février avec la suspension par le Conseil d'Etat d'un décret gouvernemental imposant un délai minimum de 15 minutes entre la réservation d'un VTC par un client et sa prise en charge. Le Conseil d'Etat a estimé que ce décret portait une atteinte grave et immédiate aux intérêts économiques des sociétés de VTC.

Dénonçant une concurrence déloyale, les chauffeurs de taxi réclament au minimum un délai de 30 minutes entre réservation et prise en charge du client et un montant minimal de 60 euros par course pour les VTC.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.