"opérations escargot" des taxis
"opérations escargot" des taxis © reuters

Plusieurs associations de taxis appellent au blocage des accès de la capitale dès 5 heures du matin. Dans leur collimateur : la concurrence des voitures avec chauffeurs du géant Uber.

Le tribunal de commerce de Paris a refusé vendredi d'interdire le service controversé UberPop qui met en relation des passagers et des automobilistes qui ne sont pas des chauffeurs professionnels. Une concurrence "déloyale" aux yeux des associations de taxis qui entendent bien "réagir avec ferveur et fermeté à cette injustice, comme l'ont révélé nos confrères de France Bleu 107.1.

Les chauffeurs de taxi espéraient une réponse claire du tribunal, elle ne l'est pas du tout. Les explications d'Élise Thibaut (France Bleu 107.1)

47 sec

Les taxis parisiens appelés à bloquer la capitale

Elles appellent donc leurs adhérents à "une grande mobilisation" à partir de 5 heures lundi matin autour des aéroport de Roissy, en direction du nord et de l'Est de Paris, et au sud, au départ d'Orly et jusqu'à la porte de Saint-Cloud. Le trafic risque d'être fortement perturbé tout au long de la matinée. La Fédération des taxis indépendants parisiens s'explique :

Il s'agit de dire non à l'injustice, non au travail illégal.

La stratégie offensive d'Uber

Elle indique par ailleurs sur sa page Facebook qu'un rassemblement est prévu à Roissy à 05h30, avant "le départ des cortèges à 07H30" en direction de la place Vauban dans le 7ème arrondissement de Paris.

Le tribunal de commerce de Paris a rejeté vendredi la demande d'interdiction en urgence d'UberPop, formulée par trois sociétés de voitures de tourisme avec chauffeur (VTC) concurrentes d'Uber. Attaqué de toutes parts en Europe et dans le monde, Uber mène une stratégie offensive en espérant faire évoluer le droit, malgré de nombreuses interdictions à travers le monde.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.