L'abbaye de Clairvaux, dans l'Aube, accueille ce week-end la 11ème édition du festival de musique classique "Ombres et lumières". Particularité de l'évènement : la participation de prisonniers, détenus dans l'enceinte de l'abbaye.

Les voix de Clairvaux, galerie photo
Les voix de Clairvaux, galerie photo © Radio France / Corinne Audouin

Anne-Marie Sallé est la directrice artistique du festival. Cette amoureuse de musique classique, ancienne administratrice de la maitrise de Radio France est fascinée par l'abbaye de Clairvaux.

Anne-Marie Sallé au micro de Corinne Audouin

En plus de la partie historique de l'abbaye, il y a la maison centrale, construite en 1970. Ultra-sécurisée, elle abrite 152 détenus, condamnés à de longues, voire de très longues peines.

Des hommes qu'Anne-Marie Sallé a voulu associer au festival. Depuis sept ans, elle anime un atelier d'écriture. Sept détenus y participent cette année.

Djamel, un détenu, accueille Anne-Marie Sallé avec chaleur.

L'ancien cloître servait de prison jusqu'en 1970
L'ancien cloître servait de prison jusqu'en 1970 © Radio France

Certains des textes de Djamel et des autres déténus de l'atelier d'écriture ont été mis en musique par les compositeurs Philippe Hersant et Thierry Machuel. Des oeuvres jouées ensuite côté abbaye, pendant le festival, et dont les détenus sont co-auteurs.

C'est le cas pour cette pièce musicale intitulée "Généreuse et féconde".

La solitude, l'ennui, les souvenirs de la vie d'avant, la colère sont la matière de ces textes de détenus, réunis cette année dans un livre, "Tentatives d'évasion". Et cette année également, pour la première fois, un détenu a obtenu l'autorisation d'assister à un concert du festival, côté abbaye.

Présentation aux détenus du livre "Tentation d'évasion"
Présentation aux détenus du livre "Tentation d'évasion" © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.