Bruno Ledoux, le coactionnaire de Libération, a versé 4 millions d'euros pour renflouer le journal et est prêt a en apporter 14 autres. On peut donc considérer que Libération est financièrement sauvé. Reste à savoir si le projet éditorial est viable

Libération
Libération © Radio France
Le nouveau directeur opérationnel de Libération, Pierre Fraidenraich, a précisé vendredi, dans les Echos, son projet de créer un groupe diversifié baptisé "Planète Libé" qui s'appuiera sur le quotidien, la vidéo, une "Libé TV", un incubateur de start-up et la transformation du siège en espace culturel, un ensemble qui sera "profitable en 2016". Même avant que ce projet soit connu, la rédaction de Libération semblait réservée sur l'arrivée de Pierre Fraidenraich auquel le journal a consacré un portrait au vitriol que le nouveau directeur opérationnel a peu apprécié. Une "culture d'entreprise qu'il va falloir faire évoluer" a-t-il dit. D'ailleurs les pages "Nous sommes un journal" dans lesquels depuis des semaines les salariés racontent ce qui se passe en interne, c'est fini a-t-il annoncé. **L'arrivée de la nouvelle équipe devrait faire des remous, explique Alexandra Ackoun**
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.