Un homme a ouvert le feu dans les locaux de Libération ce matin
Un homme a ouvert le feu dans les locaux de Libération ce matin © IP3 PRESS/MAXPPP

Un homme a été blessé par balles ce matin dans le hall d'entrée du quotidien Libération, dans le IIIe arrondissement de Paris. Le tireur serait en fuite, il n'a pas été interpellé.

Un homme est entré dans le hall du siège du journal ce matin, peu avant 10h15. Il été armé d'un fusil de chasse. Il a ouvert le feu à deux reprises.

Un blessé grave

Selon Libération, le blessé est l'assistant d'un photographe venu pour une séance photo pour le magazine Next. La victime, âgée de 27 ans, a été atteinte au thorax et à l'abdomen. Son pronostic vital est engagé.

A ECOUTER > Le reportage au siège de Libération d'Antoine Giniaux dans le journal de 13h de Claire Servajean

On est les témoins horrifiés d'un drame. Quand on entre avec un fusil dans un journal, dans une démocratie c'est très très grave, quel que soit l'état mental de cette personne. (Nicolas Demorand, directeur de publication de Libération)

Deux journalistes de la rédaction ont rapporté les faits sur Twitter juste après les coups de feu.

La ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls et le maire de Paris, Bertrand Delanoë, se sont rendus dans les locaux du journal en fin de matinée.

Il ne faut jamais minimiser la réalité d'un acte odieux de ce type qui avait pour but de blesser, sans doute de tuer et de frapper les esprits. (Manuel Valls, ministre de l'Intérieur)

### Des patrouilles de police devant plusieurs rédactions à Paris

Après le drame, des véhicules de police sont stationnées devant plusieurs rédactions à Paris comme Le Monde, Le Figaro, Europe, France Télévision ou France Info.

Un homme armé à BFMTV

Ces coups de feu intervienne quelques jours après l'irruption d'un homme armé dans les locaux parisiens de la chaîne de télévision en continu BFMTV. Vendredi matin, un homme armé a menacé l'un des rédacteurs en chef de la chaîne en lui lançant, après avoir éjecté deux cartouches de son fusil à pompe: "La prochaine fois je ne vous raterai pas ".

Selon des sources policières, les images du tireur de Libération correspondent à celles du tireur de BFMTV.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.