Les étudiants à la recherche d’un logement sont souvent des proies faciles pour les escrocs de l’immobilier. Voici quelques conseils pour les éviter.

Forum du logement etudiant au CROUS de Paris
Forum du logement etudiant au CROUS de Paris © Maxppp / IP3 PRESS/MAXPPP

En plein mois de juillet, les étudiants et jeunes bacheliers sont nombreux à chercher un logement pour la rentrée. Faut-il encore, annonces en main, éviter les écueils habituels puisque ces jeunes, par méconnaissance des réalités du marché, sont des proies faciles. Les associations de consommateurs donnent quelques conseils.

Stop aux marchands de liste

C’est souvent le premier piège qui attend ces étudiants : les marchands de listes, des agences qui n'en sont pas vraiment, mais qui vendent l'accès à un catalogue d'appartements…pour certains déjà loués. Étudiante il y a quelques années, Astrid avait accepté de payer 30 euros, qu'on promettait de lui rendre une fois qu'elle aurait trouvé son logement : "Évidemment je n’ai jamais récupéré mes 30 euros, avec le sentiment de m’être fait complètement** arnaquer** ".

Un encadrement juridique renforcé

Depuis le système a changé : la loi ALUR encadre mieux le phénomène. "Désormais le marchand de liste doit pouvoir justifier d’un mandat exclusif du propriétaire", explique David Rodriguez de l'association de consommateurs CLCV, qui reconnait tout de même la persistance de certains abus : "il y a pourtant encore des chances que les annonces proposées par certains aient été récupérées sur Internet".

Autre ruse pratiquée : beaucoup se sont déjà fait avoir par de faux bailleurs qui demandent par mail, pour bloquer une location alléchante, le paiement de la garantie de l’appartement par mandat cash.

"Il ne faut surtout pas répondre à ce type d’annonce. D’autant qu’il ne faut pas se leurrer, des logements avec un loyer abordable dans les beaux quartiers, il y a souvent quelque chose derrière" (David Rodriguez de l'association de consommateurs CLCV)

Enfin, dernier conseil : vous passez par une agence et elle vous demande, pour prouver le sérieux de votre engagement, de verser un chèque de réservation ? Fuyez, car cette pratique est tout bonnement interdite.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.