Le ministre de l'Éducation a répondu aux lycéennes et collégiennes qui suivent le mouvement #Lundi14Septembre, né sur les réseaux sociaux pour dénoncer des règlements vestimentaires jugés sexistes. Jean-Michel Blanquer estime "qu'il y a une sorte de grand bon sens qu'on doit avoir".

Le ministre de l'Education a denoncé le mouvement #Lundi14Septembre
Le ministre de l'Education a denoncé le mouvement #Lundi14Septembre © AFP / Alain Jocard

"Les chefs d'établissement sont évidemment dans leur rôle à faire respecter des tenues normales." Le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, n'a pas réagi favorablement au mouvement #Lundi14Septembre né d'un hashtag sur les réseaux sociaux ce week-end. Ce lundi, des élèves de collège et lycée ont appelé partout en France à venir en jupe, décolleté ou"crop-top", soit des tenues jugées "provocantes" ou "indécentes" dans certains règlements intérieurs. Le but : dénoncer ces codes vestimentaires jugés sexistes. Les témoignages se sont multipliés sur les réseaux sociaux après que plusieurs élèves se sont vu reprocher ou interdire l'accès à leur établissement à cause de leur tenue.

"Faire respecter des tenues normales"

Interrogé par BFMTV, Jean-Michel Blanquer a jugé qu'"il serait temps que l'on ait dans notre pays, sur ce genre de sujet, des positions équilibrées, entre ceux qui veulent qu'on ne voit pas leur visage, et ceux qui veulent avoir des tenues de tous ordres. Je pense qu'il y a tout simplement une sorte de grand bon sens que l'on doit avoir." Et pour le ministre, les chefs d'établissement appliquent déjà ce "grand bon sens" dans leurs "règlements intérieurs".

"Les chefs d'établissement sont évidemment dans leur rôle à faire respecter des tenues normales, tout simplement", Jean-Michel Blanquer à BFMTV

"Ce qui est dommage c'est qu'on cherche toujours à opposer les gens les uns aux autres sur des sujets finalement simples : il suffit de s'habiller normalement et tout ira bien", conclut le ministre de l'Éducation.

Le discours inverse de Marlène Schiappa

Lundi, la ministre déléguée à la Citoyenneté et ancienne ministre de l'Égalité femmes-hommes Marlène Schiappa, a elle au contraire défendu le mouvement féministe. Dans un tweet elle déclare : "Des jeunes filles ont décidé spontanément partout en France de porter jupes décolletées, crop top ou maquillage pour affirmer leur liberté face aux jugements et actes sexistes. En tant que mère, je les soutiens avec sororité et admiration."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.