Le parc d'attraction parisien doit rouvrir ses portes dans neuf jours, après rénovation et agrandissement. 60 millions d'euros ont été investis par LVMH et la Compagnie des Alpes dans ces travaux, qui vont permettre d'ouvrir de nouvelles attractions. Une nouvelle fort mal accueillie par le "roi des forains".

Le 30 avril dernier, une centaine de forains ont manifesté contre l'ouverture en juin prochain de ce parc d'attraction rénové grâce à l'argent de LVMH.
Le 30 avril dernier, une centaine de forains ont manifesté contre l'ouverture en juin prochain de ce parc d'attraction rénové grâce à l'argent de LVMH. © AFP / JACQUES DEMARTHON

Pour créer une vingtaine d'attraction supplémentaires et 12 restaurants, le groupe LVMH et la Compagnie Des Alpes (qui possède des stations de ski mais aussi le parc Astérix, le Futuroscope et le musée Grévin) ont investi plus de 60 millions d'euros.

Avec un seul objectif pour Marc Antoine Jamet, le secrétaire général du groupe de luxe, doper la fréquentation de ce parc d'attraction vieillissant : "Nous étions à 600.000 dans les pires années, quand il y a 15 ans nous avons repris ce jardin pour qu'il aille mieux. Aujourd'hui, nous aimerions accueillir trois millions de visiteurs."

Un nouveau front entre forains et mairie

Mais à neuf jours de l'ouverture, Marcel Campion, le "roi des forain", ne décolère pas. Il accuse le milliardaire Bernard Arnault, patron de LVMH, de vouloir faire de la concurrence aux forains. Pire, d'avoir fait main basse sur les manèges déjà installés dans le jardin et qui appartenaient à une vieille famille de forains. "À une époque où les villes essaient de mettre les forains dehors, Mr Bernard Arnault essaie de se faire de l'argent là-dessus", s'indigne-t-il.

À la mairie de Paris, propriétaire du jardin d'acclimatation, on balaye d'un revers de main les accusations de Marcel Campion. Emmanuel Grégoire est adjoint au maire chargé du budget : "il entretient une confusion entre son intérêt propre, ses affaires propres, et l'affection et l'attachement que nous portons au monde forain en général".

En tout cas, Marcel Campion a bien l'intention d’être devant les grilles du jardin d'acclimatation le jour de l'inauguration pour visiter le lieu ou manifester devant le 1er juin.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.