Dès ce dimanche, les enseignes de la FNAC ouvriront le dimanche, avec des promesses de salaires doubles ou triples, quand Bricorama envisage à côté de diminuer ces avantages.

Dès ce dimanche, la FNAC ouvre à son tour le dimanche
Dès ce dimanche, la FNAC ouvre à son tour le dimanche © AFP / MIGUEL MEDINA

Ce dimanche, c'est au tour de la FNAC d'ouvrir toutes ces enseignes le dimanche. L'accord trouvé entre la direction et les syndicats entre officiellement en vigueur cette semaine et sur le papier, les salariés ont tout à y gagner, selon les dires de la direction. Payés doubles, certains volontaires pourront même, sous conditions, recevoir un triple salaire pour chaque dimanche travaillé.

Depuis 2015 et l'adoption de la loi Macron, ouvrir le dimanche est devenu incontournable. A Paris, fini le temps des dimanches où l'on trouvait rideau fermé. BHV, Galeries Lafayettes et Bon Marché, se sont tous emboité le pas.

Des salaires doublés ou triplés... puis rabotés

La direction du Printemps a été la dernière à signer un accord avec les syndicats, valable aussi à Marseille, à Deauville... Soit dans tous les Printemps situés sur des zones touristiques, dites internationales. Un accord obtenu non sans mal, au prix de longues discussions, qui prévoit un paiement double des salariés le dimanche, mais aussi un jour de repos compensatoire et une aide de 60 euros pour la garde des enfants.

Dans ces enseignes, on l'assure donc, les salariés seront gagnants. Comme l'ont été longtemps, ceux de Bricorama avant de déchanter. Il y a 15 ans, leur PDG avait, le premier, accepté de payer triple ses employés. Mais à partir de mai, ils gagneront moins. Objectif : "rester compétitif" dit la direction.

Les salariés, eux, grondent : "Payé triple ou pas, un dimanche reste un dimanche. Pas question qu'on gagne moins demain."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.