les Français de moins en moins confiants dans les vaccins
les Français de moins en moins confiants dans les vaccins © 6PA/MAXPPP / 6PA/MAXPPP

C'est le résultat du dernier baromètre de l'Inpes, l'Institut de prévention et d'éducation pour la santé. Alors que débute aujourd'hui la semaine de la vaccination, les médecins et autorités sanitaires peinent à convaincre les patients de son intérêt.

Pour le Docteur Sauveur Boukris, généraliste à Paris, ces Français méfiants font surtout partie des classes moyennes, ce sont des enseignants ou ceux que l'on surnomme les "bobos bios" :

Ça a commencé avec la vaccination contre l'hépatite B, et puis la suspicion de sclérose en plaque dans les années 95. Alors, dès qu'il y a une rumeur, il y a les médias qui amplifient le phénomène. Kouchner était ministre de la Santé à l'époque, il avait mis des réserves. Dès qu'un ministre de la Santé émet des réserves, ça fiche tout en l'air la communication et du coup, ça ouvre des brèches.

Gros loupé de communication également pendant l'épidémie de grippe H1N1. Résultat : une confiance des Français éprouvée analyse Didier Lambert. Il est président d'une association de victimes des sels d'aluminium présents dans les adjuvants de nombreux vaccins :

On voit régulièrement des affaires sur des collusions, sur de la corruption de personnes qui font partie de ces experts qui conseillent le gouvernement. Si on veut retrouver confiance dans la parole publique, il faut que le système se rénove.

Pour regagner cette confiance, les autorités de santé continuent inlassablement d'expliquer qu'il ne faut pas abandonner les vaccins, malgré quelques rares cas d'effets indésirables graves, car ils permettent de sauver des vies.

Des médecins doutent de l'information sur les vaccins

Des médecins doutent de l'information sur les vaccins
Des médecins doutent de l'information sur les vaccins © Radio France / Chadi Romanos
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.