Nouvelle manifestation du collectif "Manif' pour tous"
Nouvelle manifestation du collectif "Manif' pour tous" © REUTERS/John Schults / REUTERS/John Schults

Environ 70 000 personnes selon la police, 500 000 d'après les organisateurs ont défilé dans les rues de la capitale. A Bordeaux, ils étaient 7 500 pour la police, 30 000 selon le collectif. La droite est divisée...

Non aux mères porteuses, nos ventres ne sont pas des caddies.

Ce sont les slogans entendus dimanche à Paris et Bordeaux. A Paris, le cortège est parti en début d'après-midi de la Porte Dauphine, il s'est ensuite dispersé rapidement dans le calme à Montparnasse. Des échauffourées ont éclaté entre un groupe de radicaux et la police.

La "Manif pour tous" a mobilisé un public divers : des adultes accompagnés de leurs enfants, des jeunes ou des retraités qui ont battu le pavé en brandissant drapeaux français ou étendards aux couleurs du collectif, le tout sur fon de "Papa où t'es" du chanteur belge Stromae :

Je trouve que c'est plutôt bon [...] J'espèrais qu'on soit le plus nombreux possible.

Les membres de l'UMP pas sûrs de vouloir abroger la loi

les élus présents dans le cortège se sont bien gardés de se prononcer pour une abrogation de la loi Taubira. Pourtant, Laurent Wauquiez a envisagé cette possibilité si la droite revenait au pouvoir en 2017 :

On ne pourra pas rester avec cette loi parce que les jugements qui sont tombés récemment montrent bien qu'on aura l'arrivée de la GPA, on aura la PMA, on aura l'adoption et ce n'est pas ce que je souhaite.

Le problème reconnaissait un élu, c’est que "dans toute loi il y a un effet de cliquet". En clair, il est très difficile de revenir en arrière d’où l’idee de ne pas abroger la loi Taubira mais de l’adapter. Phillipe Gosselin député de la Manche :

Je crois que cette loi ne peut pas rester en l'état parce que derrière le mariage, il y a la filiation et l'adoption. Il y a un enchaînement qui est délicat que nous ne voulons pas. Je crois qu'une union civile serait largement préfèrable. Il faut dissocier cette union de la filiation et de l'adoption et c'est ce qu'on doit avoir en tête pour 2017.

Plusieurs élus de l'UMP, don Michèle Alliot-Marie et Hervé Mariton ont participé à la manifestation parisienne ainsi qu'une délégation du FN avec le vice-président du parti, Louis Aliot, et la députée Marion Maréchal-Le Pen.

► ► ► RÉÉCOUTER | Eric Zemmour, persuadé que la PMA et la GPA arrivera en France, était l'invité de Léa Salamé

PMA, GPA, où en est-on ?
PMA, GPA, où en est-on ? © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.