C'est la première fois depuis 2011 que toutes les organisations syndicales sont rassemblées autour d'un même mot d'ordre : le refus des suppressions de postes annoncées dans l'Éducation nationale (2.650 dans les collèges et lycées). Petit tour d'horizon des slogans dans les défilés à Paris et ailleurs.

Plusieurs centaines d'enseignants ont défilé à Paris
Plusieurs centaines d'enseignants ont défilé à Paris © Radio France / Sonia Bourhan

Jean-Michel Blanquer veut que la priorité de l'Éducation nationale soit désormais l'école primaire (avec la création annoncée de 1.800 postes), mais au détriment des niveaux supérieurs (2.650 postes supprimés dans les collèges et lycées publics, 550 dans le privé et 400 dans l'administration).

Une décision que les syndicats et les enseignants ne comprennent pas, alors même qu'on attend une hausse importante du nombre de collégiens et lycéens (40.000 de plus à chaque rentrée entre 2019 et 2021, selon les statistiques du ministère lui-même). D'où cette mobilisation un peu partout en France.

Des enseignants de lycée s'inquiètent de l'effet mathématique de ces suppressions
Des enseignants de lycée s'inquiètent de l'effet mathématique de ces suppressions © Radio France / Sonia Bourhan
Inquiétude importante chez les professeurs
Inquiétude importante chez les professeurs © Radio France / Sonia Bourhan
Travailler en lycée, de plus en plus compliqué pour ce manifestant
Travailler en lycée, de plus en plus compliqué pour ce manifestant © Radio France / Sonia Bourhan

Autre sujet d'inquiétude venu se greffer sur les suppressions de postes, le débat autour de la sécurité à l'école. Depuis la diffusion d'un vidéo montrant une enseignante "braquée" par un élève avec une arme factice, les professeurs se sont d'abord mobilisés sur Twitter avec un mot-dièse #pasdevague.

Mais ils ont aussi dénoncé pour beaucoup la réaction du gouvernement à cet événement, avec des projets élaborés notamment entre Jean-Michel Blanquer, Christophe Castaner et Nicole Belloubet, pour rétablir la sécurité dans les écoles. Quitte à envisager d'augmenter la présence policière à proximité voire dans les établissements.

"Les élèves sont--ils tous délinquants pour qu'on leur assigne un lieutenant ?"
"Les élèves sont--ils tous délinquants pour qu'on leur assigne un lieutenant ?" © Radio France / Sonia Bourhan
Les professeurs défendent l'idée que la baisse de personnels dans l'Éducation est l'une des causes de l'insécurité
Les professeurs défendent l'idée que la baisse de personnels dans l'Éducation est l'une des causes de l'insécurité © Radio France / Sonia Bourhan
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.