Rebaptisé par certains mouvements féministes : "Syndrome des couilles de cristal", le manspreading est aujourd'hui dans la ligne de mire de plusieurs grandes métropoles

Le manspreading
Le manspreading © Getty

Mais pourquoi les hommes écartent-ils autant les jambes lorsqu’ils s’assoient dans les transport en commun ? Question posée par Charline Vanhoenacker dans Si tu écoutes, j'annule tout. Ce qui donne un échange assez surréaliste entre Jane Birkin et Alex Vizorek

Manspreading, Kezako ?

Ce comportement que l'on peut traduire par "étalement masculin" consiste à s'asseoir en écartant les cuisses en occupant ainsi plus que la taille d'un siège.

C'est le MTA (équivalent de notre RATP) qui invente le terme en 2014 pour accompagner une campagne de sensibilisation aux comportements irrespecteux dans les transports en commun.

La campagne de sensibilisation contre le manspreading à New York
La campagne de sensibilisation contre le manspreading à New York © AFP

Manspreading n'est pas le premier mot commençant par le préfixe man faisant référence à des "comportements masculins induits et inconscients d'occupation de l'espace".

  • mansplaining : man + explaining = celui qui sait mieux que son interlocutrice
  • manslamming : man + slamming = quand les hommes ont tendance à s’approprier le trottoir et bousculer
  • manterrupting : man + Interrupting = quand les hommes ne peuvent pas s’empêcher d'interrompre

Le mouvement gagne l'Europe

En Belgique, la députée écolo Céline Delforge plaidait il y a quelques mois pour une campagne contre le manspreading et témoignait de son expérience personnelle dans les colonnes de La Libre Belgique "Il y a quelques années, j’avais été particulièrement choquée par l’attitude d’un adolescent avec lequel je partageais une banquette pour deux personnes dans le bus. Je lui avais demandé de resserrer ses jambes qui étaient complètement écartées mais il m’a répondu qu’il n’allait pas croiser les jambes comme une p…".

En Espagne, le parti Podemos a déposé il y a quelques jours un projet de loi au parlement de la région de Madrid, pour interdire le manspreading. Le même jour, la société de transport madrilène a ajouté un pictogramme dans les bus pour demander aux usagers de ne pas occuper deux sièges en s'asseyant les jambes écartées.

La campagne dans les bus madrilène
La campagne dans les bus madrilène © AFP

Et Paris ?

C'est à la suite d'une pétition lancée par les Mujeres en lucha (femmes en lutte) que la mairie de Madrid a décidé de mettre en place cette campagne de sensibilisation.

En France, "Osez le féminisme" a décidé de suivre l'exemple espagnol et propose d'agir en demandant aux usagers des transports en commun de prendre des photos et d'interpeler la RATP. Une lettre type est même disponible sur le site du collectif.

Interrogée, la RATP a déclaré ne pas avoir de retour de la part d'usagers sur le phénomène

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.