[scald=89907:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Marine Le Pen, candidate du Front national à la présidentielle, s'en prend au Qatar qu'elle accuse de menacer l'indépendance française et de soutenir le fondamentalisme islamique.

Le Qatar, un émirat devenu richissime grâce au gaz et au pétrole, a fait depuis plusieurs mois une irruption remarquée dans le monde des affaires français et le sport, en rachetant notamment le club du Paris Saint-Germain.

"Le Qatar prend des positions qui sont dangereuses pour notre indépendance nationale. Ils investissent dans l'eau, dans les médias, ils ont pris des parts dans Lagardère, dans Vinci, dans EADS, dans les filiales de Dexia, ils ont essayé de racheter UraMin, qui appartient à Areva", dit Marine Le Pen à l'émission Capital de M6, qui doit être diffusée dimanche.

"Je le dis très solennellement, ces gens sont des soutiens financiers des fondamentalistes islamiques, des fous de la charia (...) Les Français ont le droit de savoir que, notamment en Libye, les djihadistes qui sont aujourd'hui au pouvoir et dont la première action a été d'apposer la charia, ont été financés et armés par le Qatar", a-t-elle ajouté.

Marine Le Pen est située actuellement par les sondages en troisième position pour le scrutin du 22 avril, avec 17% à 20% des intentions de vote.

Thierry Lévêque, édité par Jean-Stéphane Brosse

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.