Plusieurs milliers de Marseillais (8.000, selon la police) ont défilé samedi en hommage aux victimes de l'effondrement de deux immeubles, qui a fait 8 morts, exprimant leur "colère noire" à leur arrivée sous les fenêtres de l'hôtel de ville aux cris de "Gaudin assassin ! Gaudin démission ! ".

La marche blanche du 10 novembre à Marseille a réuni 8000 manifestants selon la police
La marche blanche du 10 novembre à Marseille a réuni 8000 manifestants selon la police © AFP / Christophe Simon

Comme un symbole des critiques et des polémiques qui s'abattent sur la municipalité et sa gestion de l'habitat indigne depuis le drame, le balcon d'un immeuble --pourtant apparemment en bon état général-- s'est partiellement effondré à quelques mètres à peine du parcours de la marche blanche, faisant 3 blessés légers : une femme de 59 ans et un garçon de 7 ans, tombés du premier étage, et une femme de 24 ans, qui a reçu un bloc de pierre sur le pied.  

Rassemblé auparavant à quelques dizaines de mètres du lieu de la catastrophe, le cortège s'est ébranlé derrière les proches des huit victimes, une rose blanche à la main. Parmi eux, de nombreux amis de Pape Maguette, un jeune Sénégalais mort sous les décombres de son immeuble, brandissaient des portraits du jeune homme. "Vous vous rendez compte que lundi matin, une heure après l'effondrement, il avait rendez-vous pour un nouveau logement?", raconte son ami Salim. 

La photo de Pape Maguette , victime de l'effondrement des immeubles marseillais, montrée lors de la manifestation du 10 novembre
La photo de Pape Maguette , victime de l'effondrement des immeubles marseillais, montrée lors de la manifestation du 10 novembre © AFP / Christophe Simon

Chez les manifestants, la colère monte très vite. "Aujourd'hui il y a des enfants qui refusent d'aller à l'école parce qu'ils ont peur pour leur maman qui reste à la maison, des gens qui flippent parce que leur appartement est sale et humide", dénonce Évelyne, du collectif "5 novembre".  

Le témoignage d'un manifestant, recueilli par Olivier Martocq :

Quand on entend la réaction de Monsieur Gaudin, elle est infâme. C'est un manque de respect pour les victimes. 

54 sec

Manifestant en colère à Marseille

Par Olivier Martocq

Après avoir traversé dans un silence impressionnant Noailles, le quartier populaire où a eu lieu le drame, d'habitude très vivant, le cortège arrive en bas de la Canebière, non loin de la mairie de Jean-Claude Gaudin, cible de critiques virulentes depuis le drame.  

Une minute de silence suit, suivie d'une longue salve d'applaudissements, dans une grande émotion.  "Ce n'est pas une catastrophe naturelle mais une catastrophe politique!", lance au micro Kevin, un habitant de la rue d'Aubagne. 

Plusieurs centaines d'habitants des immeubles effondrés --trois, dont un tombé en partie sous l'action des secours et dont un seul était habité-- et de plusieurs autres alentour ont été évacués par précaution par les autorités, qui craignent un "effet domino" dans un quartier dont le bâti est souvent très ancien.  

Plusieurs élus, dont le député LFI des Bouches-du-Rhône Jean-Luc Mélenchon, ou encore les députés LREM Saïd Ahamada et Alexandra Louis, ont défilé discrètement, sans écharpe tricolore.  Avant le départ de la marche blanche, le commandant des marins-pompiers Charles-Henri Garié avait annoncé à la presse la "certitude" des secours et du procureur de la ville qu'il n'y avait "plus aucune autre victime" sous les décombres des immeubles effondrés.   

Tout au long de la semaine, les critiques à l'égard de la gestion de Jean-Claude Gaudin (LR), aux manettes de la ville depuis 23 ans, n'ont cessé de croître. Un rapport remis en 2015 au gouvernement faisait état de 40.000 logements indignes à Marseille, menaçant la sécurité de près de 100.000 habitants (Marseille en compte plus de 860.000 selon l'Insee).  Une enquête a été ouverte et confiée à la police judiciaire pour déterminer les circonstances exactes de la catastrophe et d'éventuelles responsabilités. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.