Calanques à Marseille
Calanques à Marseille © Fotolia

Ils refusent la pollution de la Méditerranée. Associations de défense de l'environnement etpêcheurs ont manifesté ce samedi à Marseille pour protester contre "le droit à polluer" accordé par l'Etat à Alteo, une usine d'aluminium de Gardanne (Bouches-du-Rhône).

Des métaux lourds et de l'arsenic qui donnent une boue de couleur rouge : depuis 50 ans, Alteo, usine d'alumine située à Gardanne, déverse ses déchets dans le parc national des Calanques . Une pollution scandaleuse pour les associations de défense de l'environnement.

Malgré les avertissements de l'Agence nationale de sécurité alimentaires (Anses) et de scientifiques inquiets pour la faune marine - les métaux lourds perturbant notamment la reproduction des oursins et des huîtres - l'Etat a autorisé l'industriel à poursuivre ses rejets toxiques au fond de la mer en décembre dernier.

Inacceptable pour les associations de défense de l'environnement qui demandent à Ségolène Royal d'intervenir. Contrairement au ministère de l'Economie, qui voit surtout l'intérêt de l'entreprise Altéo et de ses 400 salariés, la ministre de l'Ecologie a ouvertement désapprouvé la décision du préfet de Provence-Alpes-Côte d'Azur.

►►►Une décision prise dans des conditions irrégulières pour les opposants aux "boues rouges", au micro de Sandy Dauphin

En cinquante ans d'activité, le site de Gardanne a déverséplus de 20 millions de tonnes de "boues rouges" sur les fonds marins de la fosse de Cassidaigne, en plein coeur du Parc national des Calanques. Alteo assure que le nouveau procédé d'exploitation du site - l'utilisation d'un filtre-presse pour retenir les boues - aboutit à " la réduction du flux de métaux rejeté de plus de 99% ". Mais des spécialistes du traitement des eaux contestent cette version.[ Une pétition en ligne](Alteo assure au contraire que ) adressée au préfet a recueilli en un mois plus de 107.000 signatures.

Derniers articles


Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.