Lors d'une conférence de presse destinée à faire le point sur la crise du coronavirus, le premier Ministre Edouard Philippe et le ministre de la Santé Olivier Véran, ont notamment fait un point sur la situation sanitaire et les moyens dont la France dispose.

Edouard Philippe lors de la conférence de presse du 19 avril 2020
Edouard Philippe lors de la conférence de presse du 19 avril 2020 © .

L'épidémie de coronavirus a fait au moins 19.718 morts en France depuis début mars, soit 395 de plus en 24 heures, mais le nombre de patients hospitalisés et en réanimation poursuit sa lente décrue, a indiqué lors de cette conférence de presse le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon.

Les masques : la production a doublé

Selon Edouard Philippe, "nous avions 117 millions de masques chirurgicaux" avant la crise. La consommation par semaine était de 5 millions par semaine, "nous avions donc 23 semaines d’avance de consommation normale. Et nous produisions 4 millions de masques par semaine en France"

Au cours de février puis en mars, les sources d’importations se sont taries. La Chine a stoppé sa production à l'export. 

"Nous avons donc augmenté la production nationale, de 4 millions on est passé aujourd’hui à plus de 8 millions. Nous allons continuer à augmenter la capacité de productions nationales"  a dit le Premier ministre.

Les importations en provenances de Chine ont repris, et la France a mis en place un pont aérien. "Nous importons plus que ce nous consommons. Cela nous permet d’envisager une élargissement de la distribution" a dit le Premier ministre. 

Dans les hôpitaux,  la situation s’est apaisée pour ce qui est des stocks de masques. Il y a encore des tensions d’approvisionnement en masques FFP2 a signalé le ministre de la santé Olivier Véran. "Nous devons être vigilants et ne pas dépenser le stock trop rapidement" a dit le ministre.

5 millions de masques vont être distribués pour les soignants en ville, les sages-femmes, les aides à domicile, les manipulateurs radios. 

Le gouvernement espère ensuite pouvoir fournir aux malades des masques de soignants, mais "ça prendra encore du temps" a regretté Olivier Véran.

Tension sur les sur-blouses, gants et autres matériels de protection

D’autres matériels sont très attendus par les professionnels de santé, et "pour lesquels c’est tendu" a convenu le ministre de la Santé. C'est le cas des charlottes, sur-blouses, parfois les gants. 

Pour ces matériels, la production a été renforcée là aussi. Ces matériaux sont importants ; la tension sur ces matériels est à nouveau mondiale. 

Des respirateurs de transports en renfort

Le nombre de personnes hospitalisées pour une infection au Covid-19 a très légèrement diminué (-29 en 24 heures), à 30.610, continuant de reculer pour le 5e jour de suite, tandis que les cas graves en réanimation ont reflué pour le 11e jour consécutif, à 5.744 (-89 en 24h). Le confinement a permis de soulager le système hospitalier. Mais il faut continuer à limiter le nombre de cas graves arrivant à l’hôpital.

La France disposait de 5.000 respirateurs avant la crise. D’ici fin juin il y aura 15.000 respirateurs de réanimation  et le système de santé disposera de 15.000 autres, plus légers. Ce sont des respirateurs dits de transport, qui viennent en appui de ceux qui sont installés dans les hôpitaux. 

Les médicaments pour la réanimation

Olivier Véran a insisté sur la grande vigilance qui est de mise pour les médicaments de réanimation. La consommation de curare et autres substances pour les personnes en réanimation et en coma a augmenté de plus 2.000% dans le monde. "Nous devons nous tenir prêt à la réactivation de l’épidémie et donc faire des stocks". 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.