Téléchargez les attestations nécessaires pour utiliser les transports en commun pendant les heures de pointe, et listez ici les interdits et obligations qui accompagnent la levée progressive du confinement. 8 questions, 8 réponses.

À Strasbourg la CTS isole ses conducteurs
À Strasbourg la CTS isole ses conducteurs © Radio France / Corinne FUGLER

Plus besoin d'attestation quotidienne pour s'aérer pendant une heure. Désormais, tout le monde peut circuler sur 100 km à la ronde. Au-delà il faut une attestation. En guise de pédagogie, c'est surtout un appel au civisme et à la responsabilité de chacun qu' a lancé hier le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner. 

1.Peut-on s'embrasser ? 

Il est toujours recommandé de se tenir à distance les uns des autres. Les gestes barrières restent la première des préventions. Il n'y a pas de sanctions en cas de non respect. Mais ils sont la mesure numéro un sur laquelle les médecins comptent pour ralentir la circulation du coronavirus.

2.Peut-on se réunir en famille et entre amis ? 

La règle actuellement en vigueur, c'est qu'on ne peut pas être plus de dix personnes réunies. "On ne va pas envoyer un policier dans chaque appartement", a précisé le ministre Christophe Castaner. "Le virus circule, et en se réunissant on risque de le transmettre", a-t-il rappelé.

De grands lieux publics parisiens, esplanades ou place des Invalides par exemple, seront donc accessibles, tout comme le Bois de Vincennes, mais on ne peut s'y rassembler à plus de dix personnes.

3.Jusqu'où peut-on aller ?  

Les Français pourront se déplacer dans leur département, et de surcroît,  dans un rayon de 100 km maximum. Une carte pour savoir jusqu'où vous pouvez aller se trouve sur ce site officiel du gouvernement. On écrit son adresse postale, et le rayon de déplacement possible s'affiche. Au-delà de 100 km, il faut avoir de bonnes raisons, un motif "impérieux", dit la règle actuelle.  Pour aller loin, il faudra donc une attestation, à récupérer sur le site du ministère de l'Intérieur à partir de lundi.

4.Quels sont les motifs de déplacements "impérieux", en dehors de la zone des 100 km ?

Cette liste précise n'existe pas. Il appartient aux forces de sécurité chargées des contrôles d'apprécier les "bonnes raisons", qui pousseront les Français, hors de cette limite.Les autorités ont déjà cité l'exemple d'un deuil, de l'aide à un proche vulnérable, ou de la garde d'enfant. Mais pas la visite des grands-parents à l'occasion d'une nouvelle naissance par exemple. 

5.Circuler, pourquoi faire ? 

Dans le rayon de 100 km, on peut tout faire ... dans la limite du possible. Bars et restaurants restent encore fermés, ainsi que les cinémas, et les grands rassemblements restent impossibles. On peut aller à l'école, au travail, dans les magasins. 

6.Tous au boulot, vraiment ? 

Il n'est pas interdit d'aller au travail, mais le télétravail est conseillé en priorité. Tout dépend donc des entreprises et de leurs nécessités. D'ailleurs si vous devez prendre les transports en commun aux heures de pointe pour aller travailler, votre entreprise devra le justifier. 

7.Comment utiliser les transports en commun ? 

La question concerne notamment les Franciliens. Pour utiliser les transports en communs pendant les heures de pointe, ils doivent se munir d'une attestation ici. Elle est signée de l'employeur qui certifie que le déplacement du salarié ne pouvait pas avoir lieu à des heures où le trafic est moins chargé. Les heures de pointe s'entendent de 6 h 30 et 9 h 30 et entre 16 heures et 19 heures.

Pour aller chez  le médecin, à l'école, aider un proche, pendant les heures de pointe, il faut aussi remplir un document, ici

8.Le masque est-il obligatoire ?

Porter un masque dans les transports en commun sera obligatoire. Si lundi 11 mai, il sera fait preuve de tolérance, des masques seront même distribués à ceux qui n'en ont pas, mais ensuite, l'absence de masque sera considéré comme une infraction. 20 000 policiers et gendarmes seront mobilisés pour la sécurité dans les transports sur l'ensemble du territoire national. Ils seront mobilisés pour réguler l'ordre public, pas pour contrôler les tickets ou les attestations. Cette tache sera à la charge des employés des sociétés de transports. Ils seront habilités à verbaliser en cas de non-respect des mesures. Le port du masque sera également obligatoire dans les avions.

Pour le reste, l'obligation de porter le masque peut-être décidée selon les entreprises.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.