Une semaine après l'annonce du changement de ses conditions d'utilisation, WhatsApp tente d'enrayer la fuite de ses utilisateurs avec une campagne de communication visant à rassurer sur la protection des données. Pendant ce temps, leurs concurrents déploient de plus en plus de moyens pour attirer les utilisateurs.

Signal fait partie des messageries alternatives à WhatsApp qui prennent le plus d'ampleur ces derniers jours
Signal fait partie des messageries alternatives à WhatsApp qui prennent le plus d'ampleur ces derniers jours © AFP / Xosé Bouzas / Hans Lucas

C'est une véritable bataille de communication qui est lancée, entre WhatsApp et sa concurrence, une semaine après que des utilisateurs ont commencé à pointer du doigt les nouvelles conditions d'utilisation de l'application appartenant à Facebook, qui imposent des transferts de données de WhatsApp vers sa maison mère. 

Depuis mardi, WhatsApp s'est donc lancé, sur les réseaux sociaux, dans une campagne de déminage conçue pour distinguer ce qui changera de ce qui ne changera pas, avec ces nouvelles conditions d'utilisation. L'application souligne ainsi que ce sont seulement les conversations avec les entreprises (qui ont un compte "WhatsApp business") qui feront l'objet de transferts de données, pour permettre aux entreprises de faire le lien avec leur page Facebook notamment. "Ni WhatsApp ni Facebook ne peuvent voir nos messages privés ni écouter vos appels", peut-on lire. 

En Europe, WhatsApp a tenu à signaler qu'en raison du RGPD, le règlement européen sur la protection des données, il n'y aurait aucun changement dans le partage des données, car ce règlement impose que l'utilisateur donne son consentement au transfert de données personnelles. 

En revanche, impossible de savoir, pour l'heure, combien de personnes ont bel et bien quitté WhatsApp et désinstallé l'application – l'une des raisons freinant la désertion étant justement sa popularité : si vous quittez WhatsApp pour une application qui compte moins de membres, vous avez des chances de vous couper d'une partie de vos contacts tant qu'ils n'auront pas fait le même chemin. 

La concurrence se frotte les mains

En face, certaines autres applications avancent leurs propres chiffres : ainsi, Telegram affirme avoir gagné 25 millions de nouveaux utilisateurs en à peine 72 heures. De plus en plus d'alternatives se font connaître, comme Wire, ou l'app française Olvid, qui repose sur un principe de confidentialité plus stricte encore, car elle n'a pas accès à votre numéro de téléphone. 

De son côté, Signal n'avance pas de chiffres de connexion, mais annonce presque tous les jours de nouvelles fonctionnalités : le passage des appels groupés de cinq à huit personnes, et des fonctions à venir pour le rapprocher un peu plus encore de son concurrent WhatsApp (comme... les fonds d'écran des conversations). Et l'application pousse la provocation jusqu'à proposer des photos de profil pour les réseaux sociaux mentionnant "Contactez-moi sur Signal". 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.