C'est une croyance populaire répandue : les 11, 12 et 13 mai sont les "saints de glace", trois jours du printemps où les risques de gelée sont à nouveau plus importants. Mais même si la croyance est tenace, elle n'est pas totalement avérée.

Les "Saints de glace", légende ou réalité ?
Les "Saints de glace", légende ou réalité ? © AFP / MICHAL FLUDRA / NURPHOTO

C'est une croyance qui remonte au Moyen-Âge et qui est tenace : celle des "saints de glace". Chaque année, les 11, 12 et 13 mai sont trois journées (et surtout des nuits) au cours, selon la croyance, desquelles les risques de gelées sont à nouveau très vifs, en plein cœur du printemps. Il est ainsi recommandé aux jardiniers du dimanche comme aux professionnels d'attendre que ces trois jours soient passés avant de s'adonner à de nouvelles plantations. 

Mais faut-il vraiment se méfier de Saint Mamer, Saint Pancrace et Saint Servais, devenus depuis 1960 Sainte Estelle, Saint Achille et Sainte Rolande ? En réalité, il n'y a pas de véritable justification météorologique aux saints de glace. Alain Baraton, chroniqueur à France Inter et jardinier de Versailles, a déclaré dans une interview à BFMTV : 

Depuis 40 ans, je dis à mes collègues de ne pas attendre et de planter. Jamais une plante à Versailles n'a gelé à cause des saints de glace.

La fin d'une période à risque

Les saints de glace ne sont pas une période isolée, mais marquent plutôt la fin d'une période : au printemps, la première quinzaine de mai est la dernière période pendant laquelle les températures peuvent descendre à des niveaux assez bas la nuit. Concrètement, cela signifie que  les dernières gelées de l'année dépassent rarement cette période... mais pas qu'elles vont forcément durer jusqu'au 13 mai même si les conditions ne sont pas réunies !

Alors que faire ?

Faut-il attendre que les trois saints de glace soient passés pour commencer à vous occuper de votre jardin (si vous avez la main verte) ? Eh bien... cela dépend du bon sens. Si les premiers jours de mai sont un peu frais, il y a des chances que cela dure jusqu'au tournant de ces trois journées, et le risque de gelées n'est pas impossible. Inversement, si le début du mois frise la canicule, il y a peu de chances que Señor Meteo inverse la tendance d'un seul coup. 

Toutefois, la rédaction décline toute responsabilité si vos pivoines gèlent un 14 mai. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.