Plusieurs centaines de personnes ont manifesté dans une quinzaine de villes pour "faire enfin bouger les choses".

Plusieurs centaines de personnes rassemblées en France contre le harcèlement
Plusieurs centaines de personnes rassemblées en France contre le harcèlement © AFP / Bertrand GUAY

L'affaire Weinstein et son cortège de révélations, ont ouvert les vannes d'une prise de conscience de ce que subissent beaucoup de femmes : comportements sexistes, harcèlement, agressions sexuelles, viols. 

L'expression publique est principalement passée par les réseaux sociaux puis, face au déferlement des témoignages, des femmes, ont souhaité organiser des rassemblements. Ils sont été baptisés "#MeToo dans la vraie vie" pour faire suite à l'un des deux hashtag utilisés ces dernières semaines (#metoo et #BalanceTonPorc).

Après Nice, Rennes ou Nantes, des rassemblements ont été organisés dimanche à Paris et dans une quinzaine d'autres villes parmi lesquelles Lyon et Marseille. L'appel à manifester a été lancé par la journaliste Carol Galand qui invitait "à faire de #metoo autre chose qu'un buzz sur les réseaux sociaux".

A Paris, plusieurs centaines de personnes, des femmes mais également quelques hommes se sont rassemblées à partir de 15h place de la République. Munies de petites pancartes "#Metoo", "C'était un cousin", "Metoo, j'avais 19 ans", "Ras le viol", "#Metoo par un camarade militant". Beaucoup expliquent que raconter ce qu'elles ont tu aussi longtemps, est une libération.

Le reportage place de la République à Paris de Thibault Cavaillès

1 min

Le reportage place de la République à Paris

Par Thibault Cavailles

"Il faut que ce soit un mouvement durable pour qu'on puisse enfin faire bouger les choses".

A ceux qui disent que les récits ou les dénonciations sur les réseaux sociaux ou les panneaux des manifestantes ne servent pas à grand chose et qu'il faut porter plainte, la réalité vient rappeler qu'en matière de harcèlement sexuel, sur le millier de plaintes déposées chaque année, 93% sont classées sans suite. Et le femmes qui ont osé dénoncer ces faits perdent presque toujours leurs emplois.

Changer les états d'esprit est donc une priorité, revendiquée par Carol Galand, l'organisatrice. "Il faut que les hommes et les femmes prennent conscience de ce qui se passe."

Le reportage à Clermont-Ferrand de Justine Dinche

1 min

Reportage de Justine Dinche à Clermont-Ferrand

Par Justine Dinche
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.