Auditionnée ce mercredi au Sénat, la patronne de la RATP a donné des détails sur la reprise des transports en commun après le confinement. On en sait aussi plus sur les mesures prises pour les voitures, les vélos et les piétons.

Un siège occupé sur deux, et pas question de s’entasser dans les rames ni sur les quais.
Un siège occupé sur deux, et pas question de s’entasser dans les rames ni sur les quais. © AFP / ELKO HIRSCH

Comment les transports vont-ils reprendre lors du déconfinement ? La question est délicate, notamment en région parisienne, très dense. La patronne de la RATP Catherine Guillouard, auditionnée ce mercredi au Sénat, a précisé comment la régie allait fonctionner à partir de lundi. On en sait aussi davantage sur les initiatives prises pour faciliter les déplacements à vélo et sur les aménagements piétons.

Ce qui est prévu pour les transports en commun

Pour résumer, ce sera un peu l’inverse d’un jour grève : beaucoup de transports mais peu de voyageurs à l’intérieur. Dès lundi circuleront les trois quarts des métros, bus, RER, jusqu’à 100% des tramways et 85% de métros sur la très fréquentée ligne 13. Mais attention : sur l’ensemble du réseau, la capacité d’emport sera limitée à 15%. Afin de maintenir la distanciation sociale, un siège sur deux sera occupé, pas question de s’entasser dans les rames.

Pas question non plus de s’entasser sur les quais, et c'est c’est la grande inconnue. Difficile, voire impossible, de prévoir l’ampleur des flux de voyageurs. La RATP estime qu’en plus de ses 3.000 agents déjà mobilisés, il faudrait 1.500 à 5.000 personnes de plus pour surveiller le réseau. Comme le gouvernement, elle préconise donc un maintien massif du télétravail, ainsi que l’étalement des heures de pointe.

Le vélo plutôt que la voiture à Paris

La grande crainte de la municipalité, c’est de voir la voiture envahir la ville par peur du virus. L'adjoint chargé des transports Christophe Najdovski craint un report des transports en commun vers la voiture individuelle, ce qui créerait une "autoroute urbaine" dans la capitale. Alors à ceux qui redoutent le métro, Anne Hidalgo veut faire préférer le vélo, avec 50 km de pistes cyclables temporaires le long des lignes les plus fréquentées. Et pour décourager les déplacements en voiture, le stationnement redevient payant dès ce lundi (il reste gratuit jusqu’au 1er juin pour les résidents.)

Le ministère de la Transition écologique et solidaire a aussi annoncé fin avril, France Inter vous en parlait, le lancement d'un plan de 20 millions d'euros afin de faciliter la pratique du vélo, avec notamment des "coups de pouce" financier pour faire réparer votre bicyclette. 

Des trottoirs parisiens élargis pour les piétons

À pied, pour respecter les distances, les trottoirs seront élargis dans une trentaine de rues avec marquage au sol devant certains commerces. Les abords des gares seront en outre piétonnisés. 

Enfin bonne nouvelle, pour les promeneurs et les joggers, les berges de Seine, le Champ de Mars, l'esplanade des Invalides ainsi que les bois de Boulogne et de Vincennes devraient rouvrir le 11 mai. Et la course à pied pourra reprendre à tout heure de la journée

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.