Débris d'avion échoué sur le littoral de La Réunion
Débris d'avion échoué sur le littoral de La Réunion © MaxPPP
**Quelques jours après la découverte d'un fragment d'aile qui pourrait appartenir au Boeing du vol MH370, la Malaisie exhorte les autorités dans la région de l'océan Indien à être attentifs à d'éventuels débris qui pourraient s'échouer sur les côtes** . Le pays dit vouloir étendre les recherches au large de l'île de La Réunion afin de trouver de nouveaux débris d'avion. La justice a démenti ce dimanche la mise sous scellés d'objet ou de nouveaux débris susceptibles de provenir d'un avion. Une source proche de l'enquête avait auparavant affirmé que des "débris métalliques" retrouvés sur le littoral de l'île de La Réunion avaient été placés sous scellés. Samedi, **un fragment d'aile d'avion du vol MH370 est arrivé au laboratoire de Balma** , près de Toulouse. Les experts commenceront à l'analyser mercredi. Il relance les espoirs les plus fous : savoir enfin ce qui est arrivé au Boeing de la Malaysia Airlines, disparu en mars 2014 avec 239 personnes à son bord. **Il sera expertisé à partir de mercredi** par le centre Techniques aéronautiques de la Direction générale de l'armement du ministère de la Défense. L'avionneur américain Boeing a annoncé qu'il allait dépêcher une équipe "technique" en France pour prendre part à l'expertise, qui doit également associer des Malaisiens. Des morceaux d'une valise retrouvée à proximité du débris d'avion seront aussi expertisés dans un laboratoire de la gendarmerie près de Paris, selon le parquet de Paris. **Quel sera le rôle des experts ? Frédéric Béniada**
Pour l’instant, il n’y a que des suppositions. **Il s’agirait d’un flaperon, petit volet qui borde les ailes d’un avion que les pilotes actionnent au décollage ou à l’atterrissage.** ### Les familles des victimes, suspendues aux futurs résultats des analyses La justice française s'est saisie de l'enquête car quatre des 239 victimes à bord du vol MH370 sont françaises. L'undi, un des trois magistrats français chargés de l'enquête, un représentant des autorités judiciaires malaisiennes, un autre du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), les gendarmes français et des experts malaisiens se réuniront à Paris. L’annonce de cette découverte est venue bouleverser les proches des disparus à bord du vol MH370. Ils espèrent pouvoir enfin faire leur deuil. **Une enquête française, un soulagement pour les familles Paul Ferrier**
### Le débris provient bien d’un Boeing 777 Jeudi à la mi-journée, le Premier Ministre malaisien, Najib Razak, avait déclaré : "_des informations préliminaires suggèrent que le débris vient très probablement d'un Boeing 777, mais nous avons besoin de vérifier s'il vient du vol MH370_ ". Dans la soirée, une source proche de l'enquête est venue confirmer ces propos : le fragment d'aile est "de même type" que ceux des Boeing 777. Il faudra des analyses plus poussées pour dire s'il appartient bien au MH370. Mais, selon Michel Polacco, expert aéronautique de Radio France, si c’est bien un morceau de Boeing 777, c'est forcément un débris du Boeing porté disparu depuis le 8 mars 2014, car sur les quatre Boeing accidentés depuis la sortie de chaîne d’usine de l’appareil, aucun, à part le MH370, n’a disparu dans l’océan. **Michel Polacco au micro de Sébastien Sabiron**
### Cette découverte est cohérente avec les courants marins Le débris retrouvé mesure de 2 à 2,5 mètres de long. Il semble dans un état relativement correct et ne laisse apparaître aucune trace de d'incendie ni d'impact. "_Si le débris est identifié comme provenant du MH370, cela serait cohérent avec les analyses précédentes et avec les modèles bâtis sur l'endroit où il se serait abîmé, dans le sud de l'océan Indien_ ", a déclaré dans un communiqué le vice-Premier ministre australien Warren Truss. Selon un ancien responsable de l'agence américaine de la sécurité dans les transports (NTSB), il convient d'élargir considérablement la zone de recherche de l'épave du MH370, qui se trouve actuellement à environ 3.700 kilomètres de La Réunion. "_Il pourrait se trouver dans une zone très vaste_ ", a-t-il dit, expliquant que le débris retrouvé à La Réunion pourrait avoir dérivé sur une très longue distance. "_La zone de recherche pourrait devoir être élargie plus à l'ouest_ ." **Selon Joël Sudre, ingénieur océanographe au CNRS de Toulouse** , les données satellitaires recueillies en permanence dans l'océan Indien permettraient d'estimer la région d'origine du débris d'avion.
Ghislain Wattrelos a perdu trace de sa femme et deux de ses enfants dans cette tragédie. Il oscille entre douleur et espoir. **Ghislain Wattrelos, au micro de Béatrice Dugué.**
Infographie MH370 débris
Infographie MH370 débris © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.