Invité de la matinale de France Inter, le premier adjoint à la Maire de Paris Bruno Julliard a évoqué le sort des migrants installés dans l'ancien lycée hôtelier désaffecté du XIXe arrondissement. Un établissement qu'il souhaite convertir en hébergement temporaire.

Depuis début juin, les camps (et les évacuations) se sont multipliés dans la capitale, posant l'éternel problème du relogement des personnes expulsées à La Chapelle, à la Halle Pajol ou à Auterlitz. Dernier local occupé "illégalement" : un lycée hôtelier désaffecté dans l'est de Paris, rue Jean Quarré (XIXe arrondissement), où 150 personnes ont élu domicile . La mairie de Paris assure avoir créé en quelques semaines plus de 1 300 nouvelles places d'hébergement pour faire face à la situation.

En attendant mieux

Ils pourront sans doute cette fois y rester plus longtemps que prévu, et dans un cadre plus légal. Ce matin sur France Inter, Bruno Julliard a en effet envisagé la possibilité de convertir le site en centre d'hébergement d'urgence , après quelques aménagements.

Nous avons deux demandes pour les occupants de ce lycée. La première, c'est qu'ils nous laissent entrer dans les locaux pour une visite de sécurité. La deuxième, c'est que nous souhaitons de manière rapide effectuer des petits travaux dans cet ancien lycée pour le transformer dans un centre d'hébergement d'urgence qui sera temporaire puisque la destination finale de ce bâtiment est toute autre.

Un dispositif qui pourrait également être étendu à d'autres situations.

Nous avons proposé que des bâtiments aujourd'hui inoccupés qui appartiennent à la ville de Paris, puissent de manière temporaire être transformés en centres d'hébergement d'urgenc e pour faire face à cette urgence humanitaire.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.