Depuis dix ans, Mobil'Douche sillonne la ville de Paris et une partie de sa banlieue pour aller à la rencontre des sans-abri. L'association leur offre kits d'hygiène, vêtements, sous-vêtements et surtout, leur donne accès à des douches. Une maraude très attendue après la canicule.

La Mobil'Douche offre une douche aux personnes à la rue
La Mobil'Douche offre une douche aux personnes à la rue © Radio France / Rémi Brancato

Depuis 2009, l'association Mobil'Douche vient en aide aux personnes sans domicile fixe et leur propose des douches gratuites à bord de leurs camping-cars. Deux camions sillonnent les rues de Paris et de sa banlieue Sud, un troisième doit venir s'implanter dans le secteur de Saint-Denis, Nanterre et Gennevilliers cette année.  

Jean-Pierre O'Biang et Ranzika Faid devant le Mobil'Douche
Jean-Pierre O'Biang et Ranzika Faid devant le Mobil'Douche © Radio France / Rémi Brancato

Ranzika Faid, présidente et co-fondatrice de Mobil'Douche, a crée l'association pour pallier "le manque réel d’accès à l’hygiène dans la rue : quand vous n’êtes pas propre vous ne pouvez plus rien faire, vous êtes de plus en plus exclu de la société et aussi exclu de vos rapports avec les autres personnes dans la rue." Selon elle, l'association répond à la réduction du nombre de douches publiques dans les villes. 

C’est un manque criant, ces hommes, ces femmes, ces enfants arrêtent pas de nous le dire, où peut-on se laver ? - Ranzika Faïd, co-fondatrice de Mobil'douche

Tous les camping-cars sont construits sur le même principe : un accueil, une douche et après un "petit café et une petite collation" explique Jean-Pierre O'biang, responsable nationale des Mobil'Douche. 

"Plus qu'une douche, un bain d'humanité"

La personne peut rester "le temps qu’elle souhaite", ajoute celui qui est l'un des tout premiers salariés de Mobil'Douche. À l'arrière du véhicule, derrière une porte coulissante, les visiteurs se retrouvent dans un espace privatif où ils peuvent prendre soin d'eux et trouver un moment d'intimité. "C'est un endroit pour eux, ils sont chez eux ici" explique Jean-Pierre O'biang. 

Quelqu’un m’a dit un jour, "la Mobil’douche, c’est plus qu’une douche c’est un bain d’humanité" - Jean-Pierre O'biang, salarié de l'association

Mais l'association ne fait pas que proposer des douches aux sans-domicile, elle leur donne aussi des vêtements et des sous-vêtements propres ainsi que de l'eau et des produits d'hygiène

Jean-Pierre O'biang va à la rencontre des sans domicile fixe du mardi au vendredi
Jean-Pierre O'biang va à la rencontre des sans domicile fixe du mardi au vendredi © Radio France / Rémi Brancato

À chaque maraude, entre cinq et trente personnes viennent rendre visite aux membres de l'associations. Certains pour prendre des douches et d'autres juste pour avoir un peu de compagnie, "on peut croiser de cinq à trente personnes mais ça ne veut pas dire trente douches, ce sont trente rencontres. Pour les douches on est entre cinq et dix" explique la présidente de l’association. 

Des liens se tissent avec certains sans-abris comme Jérôme qui ne quitte pas le boulevard Saint-Michel et voit arriver avec joie le camion de Mobil'douche, "une fois par semaine". Ce vendredi, il accueille Jean-Pierre avec plaisir, et soulagement. "J'ai souffert de la chaleur", confie-t-il simplement, après une semaine caniculaire. "J'aimerais qu'ils viennent tous les jours mais apparemment ils n’ont pas assez de camion" regrette-t-il simplement.

Pendant l'épisode de fortes chaleurs, les campings car sont restés à l'arrêt, car trop vieux et trop polluants et des restrictions de circulation avaient été mises en place. "On n'a pas pu proposer nos services donc j'étais en colère, mais contre moi-même" confie Ranzika Faïd qui s'apprête à déposer une demande de dérogation pour pouvoir circuler, même en cas de circulation différenciée.

Une nouvelle douche et un quatrième salarié

Avec un budget annuel moyen de 100 000 euros, les Mobil'Douche ne peuvent pas se multiplier très facilement. Au total, ils sont trois salariés à travailler pour l'association, deux en Île-de-France et un à Avignon

Mais un quatrième salarié devrait venir rejoindre les rangs de l'association. Mobil'Douche vient de décrocher un financement de la Fondation BNP Paris de 10 000 euros sur trois ans. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.