Les lycées évalués
Les lycées évalués © PHOTOPQR/SUD OUEST / PHOTOPQR/SUD OUEST

Le journal d'un lycée de région parisienne avait publié un numéro spécial à Charlie Hebdo après les attentats de janvier. Depuis, le rédacteur en chef, un élève de première, reçoit des menaces de mort. Une manifestation de soutien est organisée ce jeudi.

Louis a reçu un premier courrier fin janvier. Une lettre contenant la une du magazine de son lycée, barrée d'une croix gammée. Depuis, six autres courriers lui ont été adressés. Des enveloppes contenant des menaces de mort, des balles de pistolet. Ses parents aussi ont reçu des menaces par courrier. A tel point que le jeune homme a du être arrêté pendant neuf jours par son médecin.

Une situation qui le conduit aujourd'hui à porter plainte avec ses parents. Louis a aussi demandé une protection, mais ne l'a pas obtenue. Alors, devant ce silence les enseignants ont obtenu un rendez-vous ce vendredi au rectorat à Créteil explique l'une des professeurs d'histoire-géographie.

"Nous sommes dans un établissement privilégié, mais l'an dernier, il y a déjà eu des accrochages autour de Dieudonné. Cette fois, le climat est pesant et dangereux. La ministre de l'Education nationale parle sans cesse de lutte contre le harcèlement. Nous sommes en plein cœur du sujet mais on ne nous prend pas au sérieux.

Reporter sans frontière soutient l'élève et les enseignants

Les parents d'élève de l'établissement se sont joint à la colère des enseignants. Les enseignants eux font jouer ce jeudi leur droit de retrait et une manifestation était organisée à la mi-journée devant l'établissement. Louis y était. Il témoigne au micro France Inter d'Antoine Giniaux.

0'55

S Harcelement Saint Maur

Et preuve que l'évènement est pris très au sérieux, c'est carrément Reporter Sans Frontières qui s'est saisi de l'affaire. "Les journaux lycéens font évidemment partie du monde de la presse et il faut les défendre",explique ainsi Christophe Deloire, le secrétaire général de RSF.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.