Benjamin Cauchy, co-signataire de la tribune des "gilets jaunes libres", a salué le premier pas du gouvernement après l'annonce ce mardi d'un moratoire sur la taxe carbone, mais rappelle que les revendications du mouvement sont bien plus étendues. Il appelle à poursuivre la mobilisation samedi, de façon pacifique.

Benjamin Cauchy (à droite), co-signataire de la tribune des "gilets jaunes libres"
Benjamin Cauchy (à droite), co-signataire de la tribune des "gilets jaunes libres" © AFP / PASCAL PAVANI

"C'est une première étape, maintenant les "gilets jaunes" et les Français ne souhaitent pas avoir des miettes, tels des moineaux au bord d'une fenêtre en plein hiver" a réagi mardi le co-signataire des "gilets jaunes libres" Benjamin Cauchy, au micro de Philippe Randé. "Nous souhaitons le pain au complet, nous souhaitons la baguette" a poursuivi l'Occitan, alors qu'Edouard Philippe va annoncer un moratoire sur la taxe carbone, gelant la hausse à venir des taxes sur le carburant.

Ce moratoire est "une première étape" pour le "gilet jaune" qui rappelle que l'arrêt de la hausse des taxes sur le carburant était la première des revendications du mouvement, revendications qui se sont amplifiées et précisées : "Nos revendications portent sur une justice fiscale, portent sur de l'équité sociale, avec des impôts qui seront plus justes pour les contribuables, en allant chercher l'évasion fiscale et les entreprises qui, par des montages financiers, évitent les impôts en France."

Le mouvement "est en train de porter ses fruits"

Benjamin Cauchy appelle également à "des paroles fortes" de la part du gouvernement sur le pouvoir d'achat des contribuables, "sur la revalorisation des salaires, sur la revalorisation des pensions d'invalidité pour les adultes handicapés".

Enfin, le "gilet jaune" appelle aussi à "plus de représentativité par le biais de la proportionnelle aux élections législatives".

Pour obtenir gain de cause sur ces revendications, Benjamin Cauchy appelle à poursuivre la mobilisation samedi prochain, tout en appelant au calme pour ne pas que se reproduisent les incidents de samedi dernier : "Nous appelons partout en France à des rassemblements pacifistes, dans le respect des biens publics et de l'ordre, de façon à ce que les 'gilets jaunes' ne soient pas considérés comme des casseurs et que les 'gilets jaunes' continuent ce rapport de force qui, jusqu'à preuve du contraire, est en train de porter ses fruits."

Devant le soutien que le mouvement rencontre auprès des Français, Benjamin Cauchy assure que les "gilets jaunes" parviendront à faire plier le gouvernement. "Nous préparons la transition politique bien plus que la transition écologique" a conclu le militant.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.