Ce samedi, environ 1 500 actions sont prévues partout en France contre la hausse des prix des carburants. Dans une note confidentielle, les services des renseignements dressent le profil des premiers "gilets jaunes", les personnes qui seraient à l'origine du mouvement de contestation.

Les gilets jaunes prévoient de se mobiliser ce samedi, le 17 novembre
Les gilets jaunes prévoient de se mobiliser ce samedi, le 17 novembre © Radio France / Marc Bertrand

Des blocages de Lille à Marseille, de Nantes à Lyon : ce samedi, des milliers de "gilets jaunes" devraient se rassembler dans toute la France pour protester contre l'augmentation du prix à la pompe. Environ 1 500 actions seraient prévues. Au vu de l'ampleur de la mobilisation, le Renseignement territorial (ex Renseignements généraux) a enquêté et publié plusieurs notes de service. L'une d'entre elles revient sur les initiateurs de ce mouvement, qui est né et qui grandit sur Facebook.

Des Franciliens amoureux des automobiles

Dans ce document confidentiel, révélé par RTL et dont l'authenticité a été confirmée à France Inter, les services de renseignement décrivent le profil des instigateurs : des Franciliens âgés de 27 à 35 ans. Parmi eux, figurent cinq hommes et trois femmes. Ces huit personnes auraient lancé les premiers appels à la mobilisation sur Facebook le 10 octobre. 

Selon la note des Renseignements, ce ne sont pas des militants affichés, et ils n'ont pas de liens avec des groupes "à risque". Mais un point commun les relie : ces huit personnes sont passionnées par les rassemblements automobiles. Tous se connaissent, sont "amis" sur le réseau social depuis, au moins, plusieurs mois.

Des milliers de participants aux rassemblements samedi

Pour le moment, les policiers ont comptabilisé 43 000 promesses de participation. Mais impossible à cette heure de savoir combien de personnes vont réellement manifester ce samedi.

Une note répertorie également les personnes publiques, "connues", qui ont annoncé leur participation aux rassemblements. Des personnes qui s'engagent à titre personnel, sans le soutien de leur syndicat ou de leur fédération.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.