[scald=23957:sdl_editor_representation]LONDRES (Reuters) - L'audition de Rupert Murdoch et de son fils James devant une commission parlementaire britannique a été mardi après-midi d'entrée de jeu l'occasion pour les deux hommes de présenter leurs regrets.

Les deux hommes, qui devaient être suivis dans le cours de l'après-midi par Rebekah Brooks, ex-directrice de New International, la branche britannique du groupe de presse News Corp, ont entrepris de s'expliquer devant des députés au sujet de l'affaire des écoutes téléphoniques qui ébranle le groupe.

Rupert Murdoch, qui est à la tête du groupe News Corp, a estimé que cette journée était "la plus humiliante" de sa vie.

Il a expliqué avoir fermé le journal News of the World, tenu responsable d'écoutes téléphoniques sur des milliers de personnes, parce que "nous avions honte de ce qui s'était passé".

"Je voudrais juste dire une phrase: c'est le jour le plus humiliant de ma vie."

Son fils James a dit vivement regretter les écoutes effectuées par des journalistes du groupe et a assuré qu'il ferait en sorte que de tels actes ne se reproduisent pas.

"Avant tout, je souhaiterais dire combien je suis désolé, en particulier envers les victimes de piratage illégal de messageries téléphoniques et leurs familles."

"Nous regrettons profondément cela, moi, mon père, et nous tous, chez News Corp. Ces actes ne sont pas à la hauteur de ce à quoi aspire notre entreprise auprès de tout le monde dans le monde entier, et nous sommes résolus à redresser la situation, à faire en sorte que de telles choses ne se reproduisent pas, pour redevenir l'entreprise que, je le sais, nous avons toujours aspiré à être", a dit James Murdoch.

Il a ajouté ne pas avoir d'éléments permettant de penser que Rebekah Brooks, pas plus que Les Hinton, directeur démissionnaire de Dow Jones, filiale de News Corp aux Etats-Unis qui publie notamment le Wall Street Journal, aient été au courant de la pratique des écoutes au sein du groupe.

Bureau de Londres, Eric Faye pour le service français

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.