le maire de nantes porte plainte après les dégâts subis par la ville
le maire de nantes porte plainte après les dégâts subis par la ville © reuters

Le maire de Nantes a annoncé dimanche qu'il portait plainte contre X pour les dégâts provoqués par la manifestation contre le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Lande qui a dégénéré samedi dans les rues de sa ville.

"J'en veux à tous ceux qui ont une certaine complaisance par rapport à ces faits parce qu'on les avait prévenus, on leur avait demandé de suivre des circuits, d'encadrer les manifestants", a déclaré le maire PS, Patrick Rimbert.

Tags, façades saccagées, véhicules incendiés, vitres brisées, pavés arrachés. C'est un bien triste spectacle que les Nantais ont découvert ce matin. Une soixantaine d'agents municipaux ont été mobilisés toute la matinée pour tenter d'effacer les stigmates de ces heurts entre un millier de contestataires violents et les forces de l'ordre.

Le reportage à Nantes d'Etienne Monin

Dix policiers et gendarmes ont été blessés et une vingtaine de manifestants hospitalisés, selon la préfecture, qui a fait état de quatorze interpellations. Une agence appartenant au groupe Vinci - concessionnaire du projet d'aéroport - a été mise à sac en dépit des palissades de bois qui la protégeaient.

La manifestation, qui a réuni entre 20.000 et 50.000 personnes, a été considérée comme un "énorme succès" sur le plan de la mobilisation par les organisateurs.

Le préfet de Loire-Atlantique, Christian Gaillard de Lavernée, a invité les opposants au projet d'aéroport à se désolidariser du millier de "manifestants radicaux prêts pour le combat" à l'origine des violences. "Un organisateur, non content de dire que c'est un grand succès, ce qui est confondant pour tous les Nantais, a eu cette expression 'ils veulent venir sur la ZAD, qu'ils y viennent'", a-t-il déploré lors d'une conférence de presse.

Christian Gaillard de Lavernée

Jean-Marc Ayrault appelle les responsables d'EELV à "sortir de l'ambiguïté" au sujet de leur soutien aux opposants au projet d'aéroport

De nombreux élus écologistes étaient présents dans la manifestation et Cécile Duflot, la ministre EELV du Logement, a affirmé au Monde qu'elle soutiendrait "plutôt deux fois qu'une" les opposants si elle n'était pas au gouvernement.

Le Premier ministre a dénoncé dimanche les violences qui ont suivi la manifestation et provoqué d'importants dégâts dans la ville. "Ces violences sont inacceptables dans un Etat de droit. Tous ceux qui exercent des responsabilités publiques doivent condamner les squatteurs de la Zad, organisateurs délibérés de ces violences", a-t-il dit à Presse-Ocean.fr.

EELV doit sortir de l'ambiguïté

Mais la secrétaire nationale d'EELV, Emmanuelle Cosse, a rappelé avoir immédiatement condamné les violences provoquées, selon elle, par des perturbateurs.

"Il n'y a aucune espèce d'ambiguïté. Les écologistes ont toujours porté le pacifisme et la non-violence", a renchéri Pascal Durand, ancien dirigeant d'EELV, sur BFM-TV.

Des déclarations qui ne satisfont pas Jacques Auxiette. Le président du conseil régional des pays de la Loire dénonce le fait que les casseurs soient soutenus et nourri par des agriculteurs et des élus d'EELV.

Jacques Auxiette avec Edwige Coupez

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.