Forcément vous l’avez déjà entendue, cette petite phrase à la télé: « Ne bougez pas, on revient après ça ! » Le « ça » étant le plus souvent une page de publicité.Bien sûr, c’est toujours dit avec le sourire, « Ne bougez pas ! »… mais ça fait drôle quand même, parce que c’est un peu menaçant. On se demande ce qui arrivera si l’on bouge… Certainement quelque chose de grave.Et puis d’habitude, c’est plutôt chez le dentiste qu’on entend ça, allongé sous la lampe… « Ne bougez pas ! » Il approche avec sa roulette. On ne bouge pas, on a confiance, c’est quelqu’un qui nous veut du bien…Sinon, c’est la police qui dit « Ne bougez pas ! » On le voit dans les films… « Haut les mains, plus un geste ! » A ce moment-là, dans les films, celui qu’on interpelle comme ça, normalement, il s’arrête. Pas très envie de se prendre une balle.Et donc il y a des gens à la télé qui nous parlent comme les flics et comme les dentistes. Des gens qui se permettent de nous donner des ordres. « Ne bougez pas ! » Ce qui signifie « Ne zappez pas ! », on comprend bien le message. Comme une invitation à la passivité.D’ailleurs le plus souvent on obéit, c’est stupéfiant. On reste scotché au canapé, sans même oser même le doigt sur la télécommande de peur, peut-être, de se prendre une décharge électrique.On a soif, on a faim, envie d’aller se faire un sandwich… Mais non, malheureux, retiens-toi ! Le type t’a dit de ne pas bouger… On a la vessie pleine, envie de se soulager… Mais t’as pas le droit, mains en l’air, le type t’a dit de ne pas bouger.L’autre jour, j’étais en train de refaire mon lacet quand je ne sais plus qui a lancé la phrase fatidique : « Ne bougez pas ! » Résultat j’ai frôlé le lumbago… puis un début de méningite, parce que c’est subitement devenu très compliqué.Sur l’écran, il y avait une publicité pour des petites barres chocolatées, avec cette inscription : « Pour votre santé, bougez ! » Ben mince alors : on vient de me dire l’inverse ! Activité, passivité... Y’a rien de plus angoissant que d’avoir à gérer des consignes contradictoires.Du coup, j’ai fini mon lacet, puis en courant, je suis allé me chercher un truc à manger avant de revenir en courant me vautrer sur mon canapé ! « J’ai bougé juste un petit peu ! », j’ai hurlé à l’animateur qui reprenait son émission.Conclusion : la télé, par moment, ça perturbe beaucoup. Quant à celui qui s’autorise à nous dire de ne pas bouger, on dira qu’il est un mélange entre le dentiste et le flic.Chronique (Gimmick) du 03/09/09 dans "Comme on nous parle"

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.