Le ministre de la Transition écologique et solidaire a présenté ce vendredi un plan pour la rénovation énergétique des bâtiments, avec le ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard. Quatre millions de logements en France sont aujourd'hui des "passoires thermiques".

Nicolas Hulot lors des questions au gouvernement le 26 septembre 2017
Nicolas Hulot lors des questions au gouvernement le 26 septembre 2017 © Reuters / Stephane Mahe

Un logement privé sur trois est une passoire énergétique. Or le plus souvent, ces logements sont ceux des plus pauvres, et c'est bien là que réside la difficulté, lorsqu'il s'agit d'entreprendre des travaux parfois très coûteux pour faire des économies d'énergie. Des moyens, le plan de Nicolas Hulot en a : 14 milliards d'euros au compteur.

On va simplifier un certain nombre de procédures, on va multiplier les dispositifs d'accompagnement... Et on va surtout largement massifier l'aide de l'État, et totalement changer d'échelle.

► ÉCOUTEZ | Le reportage de Sandy Dauphin sur un chantier de rénovation à Paris, où Nicolas Hulot a détaillé son plan

L'objectif, c'est de rénover un quart du parc immobilier de l'État en cinq ans, et 500.000 logements par an. Une ambition déjà affichée lors du quinquennat précédent, mais sans succès jusqu'ici. Pour les propriétaires les plus récalcitrants, le ministre envisage aussi un système de "bonus/malus écologique" lors des ventes immobilières. Tout sera décidé lors d'une mission sur les "nouvelles incitations réglementaires ou fiscales".

Le gouvernement envisage également de créer un "service public de la performance énergétique de l'habitat", autrement dit un guichet unique pour les Français qui voudraient savoir de quelles aides ils peuvent bénéficier pour leurs travaux de rénovation. Ces dernières sont en effet très mal connues aujourd'hui.

L'enjeu est d'importance car la consommation d'énergie en France vient en grande partie des bâtiments (45 % au total, si l'on regroupe les logements et les bureaux, contre 32 % pour les transports). 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.