Une pétition, signée par des élus verts et de gauche, mais aussi par des ONG et des personnalités du monde de la culture, a été lancée ce mardi, pour encourager les consommateurs à éviter les achats de cadeaux de Noël sur la première plateforme de vente sur Internet.

Centre de distribution d'Amazon à Saran (Loiret)
Centre de distribution d'Amazon à Saran (Loiret) © AFP / GUILLAUME SOUVANT

À quelques semaines de Noël, et dans un contexte de désarroi total des commerçants frappés par la crise, la guerre contre le géant du e-commerce est bel et bien déclarée, avec la publication, en deux jours, de deux pétitions contre Amazon. Après celle publiée la veille dans laquelle responsables politiques, syndicaux, mais aussi libraires ou éditeurs appellent à imposer une taxe exceptionnelle sur les ventes d'Amazon, celle qui vient d'être mise en ligne ce mardi promet ainsi : "Cher Père Noël, cette année, nous prenons l'engagement d'un #NoëlSansAmazon", un manifeste officiel dont les signataires promettent de ne pas recourir à la plateforme Amazon pour acheter leurs cadeaux de Noël. 

Parmi ces signataires, la maire de Paris Anne Hidalgo (PS), la maire de Poitiers Léonore Moncond'huy (EELV), ou le maire de Grenoble Éric Piolle (EELV), le président de la Métropole de Lyon, Bruno Bernard (EELV) ou Carole Delga, présidente PS de la région Occitanie, mais aussi des patrons de collectivités de gauche et écologistes comme l'ex-ministre de l'Environnement, Delphine Batho, l'ex-LREM Matthieu Orphelin, ou François Ruffin (LFI).  

Du côté des ONG, France Nature Environnement, Greenpeace ou la confédération des commerçants de France et le syndicat de la librairie française ont également signé le texte, tout comme le réalisateur Cyril Dion, la romancière Christine Orban, le chansonnier François Morel ou le dessinateur Philippe Geluck.

"Un problème depuis longtemps, déjà à Noël dernier"

La veille du lancement de cette pétition, c'est le leader de la CFDT, Laurent Berger, qui a pris, à titre personnel, position contre la plateforme Amazon : "Il faut essayer de faire en sorte qu’on ait un Noël avec le moins d'Amazon possible" a lancé le président de la Conférence européenne des Syndicats sur France Inter ce lundi, réclamant aussi que l'entreprise américaine paie son tribut fiscal en France. Pour lui, Amazon "est le problème depuis longtemps. C'était le problème à Noël dernier", mais il reconnait aussi, sans vouloir mépriser ses consommateurs, qu' "il y a des citoyens qui n’ont pas d’autres solutions que de faire appel à ces plateformes".

Pour un e-commerce plus durable

Les pétitionnaires qui dressent un sombre tableau des conséquences sociales, fiscales et environnementales du développement d'Amazon, plaident pour privilégier le recours aux commerces de proximité ou à l'économie circulaire pour les cadeaux de Noël.

"Ce n'est pas qu'un appel à ne pas commander sur Amazon, c'est aussi une pétition positive au bénéfice des commerçants de proximité et d'un e-commerce plus durable" - Matthieu Orphelin. 

La pétition, qui vise les 200 000 signatures, réclame également "au pied de notre sapin" des lois qui freinent le développement du géant du numérique en France. Elle demande pêle-mêle l'interdiction de nouveaux entrepôts ou des lois "qui mettent fin à la concurrence déloyale et à l'injustice fiscale entre les mastodontes du numérique et les commerces physiques et de proximité".

Face aux "brigands du numérique", la pétition exige également des lois "qui profitent à notre économie et pas à la fortune délirante de Jeff Bezos" et "surtout, surtout, des dirigeants politiques qui osent lui faire face, qui osent mener la bataille contre ces "adversaires de l'Etat"".

Face aux critiques, la direction de Amazon France défend ses investissements dans le pays et revendique la création directe de 9.300 emplois depuis 10 ans.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.