Chaque jour, le bilan des décès dus au virus s'alourdit, mais il serait loin de la réalité, compte tenu du mode de recensement. Basé uniquement sur les chiffres hospitaliers, il exclut notamment les décès en Ehpad et à domicile.

Hospitalisations, contaminations, décès: chaque soir, le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, égrène les chiffres de l'épidémie.
Hospitalisations, contaminations, décès: chaque soir, le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, égrène les chiffres de l'épidémie. © Radio France / Xavier Demagny

Lors de son point quotidien, lundi, le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, déplore "1110 décès à l'hôpital", mais "les décès à l'hôpital représentent probablement une faible part de la mortalité", glisse-t-il dans une réponse à une question de la presse. De quoi remettre en question le bilan journalier des décès dressé depuis le début de l'épidémie.

La méthode française de recensement minimise-t-elle le nombre de morts dus au Covid-19 ? Cela peut-il expliquer en partie le décalage avec d'autres pays comme l'Italie ? En Italie, on réalise des dépistages post-mortem, mais ce n'est pas le cas en France, nous indique la Direction générale de la Santé (DGS). Concrètement, cela signifie que lorsqu'une personne non dépistée, en Ehpad ou à domicile, décède, elle n'est pas comptabilisée.

Le SI-VIC, un logiciel plus ou moins fiable

Sur le site de Santé publique France, une indication est apparue depuis quelques jours en-dessous du bilan des décès : "Indicateurs produits à partir des données remontées quotidiennement des hôpitaux par le système SI-VIC".

Le SI-VIC (Système d’information pour le suivi des victimes d’attentats et de situations sanitaires exceptionnelles) est le logiciel dans lequel les établissements de santé enregistrent les décès dus au Covid-19.

Mais ce système n'est pas à l'abri de quelques erreurs. La République du Centre rapporte par exemple que le bilan dans le Centre-Val de Loire est passé de deux morts à un mort entre le 23 et le 24 mars. Le centre hospitalier qui a enregistré le décès dans le SI-VIC "a fait une erreur en le mettant comme mort du COVID", indique Christophe Lugnot, directeur de cabinet de l'Agence régionale de Santé (ARS).

De plus, les chiffres qui tombent quotidiennement ne peuvent correspondre à la réalité à l'instant T, en raison des délais de réception des résultats, explique Rachid Dygoy, infirmier dans un bloc opératoire dont le service prend en charge des malades du Covid-19. Ils permettent néanmoins d'avoir une idée du nombre de patients recensés chaque jour.

Les décès en Ehpad ne sont pas comptabilisés

Les Ehpad, eux, ne sont pas reliés au système SI-VIC. Pourtant, ces décès de personnes âgées en établissement risquent d'accroître lourdement ce décompte. Il est impossible d'estimer précisément le nombre de résidents en Ehpad qui sont morts du coronavirus. Mais ce que l'on constate, depuis quelques jours, c'est que nombre d'Ehpad sont durement touchés. Vingt et un résidents décédés dans un Ehpad de Cornimont (Vosges), sept à l'Ehpad de Sillingy (Haute-Savoie), sept dans celui de Mauguio (Hérault), quinze dans celui de Thise (Doubs), seize à Saint-Dizier (Haute-Marne), ainsi qu'à l'Ehpad Rothschild de Paris...

"Mais comment savoir si ces décès sont liés ou non au Covid-19 ?", s'interroge un responsable presse de l'ARS d'Île-de-France. C'est la question que se pose Célia*. Il y a quatre jours, une de ses proches de 90 ans est décédée dans un Ehpad. Elle avait subi une grave infection pulmonaire deux mois auparavant, mais "le médecin a dit que c'était probablement dû au virus", rapporte-t-elle. 

Sans test, pas de réponse. "En Ehpad, à partir de deux ou trois cas testés positifs, on ne teste plus"8, explique Romain Gizolme, directeur de l'Association des directeurs au service des personnes âgées. Ensuite, les résidents qui ont des symptômes suspects sont regroupés et isolés. Sur les 720 Ehpad d'Île-de-France, 148 établissements ont au moins deux cas positifs, selon l'Agence régionale qui déplore également 61 décès.

Concernant les décès, l'ARS IDF précise que seuls les résidents qui décèdent à l'hôpital sont inclus dans le décompte quotidien, pas ceux qui meurent au sein de l'établissement. Interrogé par France Inter, le ministère de la Santé indique qu'une application est en cours de développement par Santé publique France pour permettre "un suivi quotidien de la mortalité, dès lors qu’un Ehpad ou un autre établissement médico-social a signalé au moins un cas suspecté d’être infecté par le SARS-CoV-2 survenu dans l’établissement".

Dans les Ehpad, "ça ne se compte plus en dizaines, mais en centaines de morts"

Dans un courrier adressé vendredi au ministre de la Santé, Olivier Véran, les principales fédérations du secteur alertent sur l'éventualité de "plus de 100 000 décès". À ce stade déjà, "ça ne se compte plus en dizaines, mais en centaines de morts", confirme Dominique Chave, secrétaire général de l'Union fédérale Santé privée UFSP, qui fait le point sur ses remontées du terrain.

Sa crainte ? Un scénario similaire à celui de l'Espagne, où l'armée a découvert dans certaines maisons de retraite "des personnes âgées absolument abandonnées, parfois même mortes dans leur lit", selon les propos tenus lundi par la ministre de la Défense, Margarita Robles. Selon Dominique Chave, le nombre de morts causés par ce virus dans la population âgée pourrait bien "dépasser celui de la canicule de 2003". À l'été 2003, la canicule avait fait plus de 15.000 morts, essentiellement des personnes âgées.

Sur France Inter, Frédéric Valletoux, le président de la Fédération hospitalière de France, souligne que les personnes touchées par le Covid-19 en maison de retraite sont effectivement "très nombreuses", et quand on ajoutera ces chiffres au bilan global, "on risque d'avoir une réalité toute autre de ce qu'aura été cette épidémie dans le pays".

Toujours est-il qu'"on ne pourra même pas dire que les gens sont morts du Covid-19, on ne pourra que le supposer", soupire Sandrine, aide-soignante dans un Ehpad de Nantes. Pour l'instant, quatre cas sont en isolement dans son établissement, et il n'y a pas de décès à déplorer. Mais elle craint que si leur état s'aggrave, ils ne puissent pas être hospitalisés, "parce que la réa, c'est pas pour les vieux".

Le Pr Jérôme Salomon a annoncé mardi soir la mise en place d'un suivi quotidien de la mortalité dans les établissements pour personnes âgées, dans les tous prochains jours. Mais qu'en sera-t-il pour les morts à domicile non dépistés ?

Les décès à domicile hors des radars

Le dépistage, c'est un peu la mère des batailles en matière de statistiques. Depuis l'entrée dans le stade 3, le gouvernement français avait fait le choix de ne tester que les cas graves. Ce qui aboutit à la fois à sous-évaluer le nombre de contaminations, et à sous-estimer le nombre de décès attribués au Covid-19, rendant l'évaluation très complexe. Ceux qui présentent des symptômes dits "bénins" doivent rester chez eux confinés. 

Certains décès peuvent donc se retrouver hors des radars statistiques. Patrick, infirmier de 44 ans, est décédé jeudi matin à son domicile, en Seine-et-Marne, comme le raconte Le Parisien. Il n'avait pas été dépisté, mais la veille, "il a commencé à avoir de la fièvre", raconte un de ses proches. Il aurait donc été emporté rapidement par le virus, notamment en raison de sa "faiblesse immunitaire".

Michel Kawnik, président fondateur de l’Association française d’information funéraire, reçoit chaque jour des appels de proches qui demandent des renseignements sur l'organisation de funérailles en cette période d'épidémie. Il observe que "depuis quatre ou cinq jours, sur une vingtaine d’appels journaliers, il y a deux à trois appels concernant des décès suite à Covid-19, environ 15%, dont les trois quarts se sont produits à domicile".

Pas de dépistages post-mortem

"Les familles ont exprimé par téléphone que le médecin avait stipulé qu’il y avait un rapport avec le virus" mais "pas de dépistage post-mortem", ajoute-t-il. "On a eu cinq ou six décès à domicile depuis une semaine et demie, dont le médecin nous a dit que c'était lié au Covid-19", détaille Guillaume, conseiller funéraire à Mulhouse. Bien que, là encore, pas de test pour en être certain. 

"À part quand le décès est suspect, par exemple jeune, on ne cherche pas plus loin, il n'y a pas d’autopsie", confirme un soignant du Service mobile d'urgence et de réanimation (SMUR). Pas de dépistage post-mortem donc.

"Au départ de l"épidémie, nous avons fait des tests post-mortem, parce qu'on ne savait pas si les personnes décédaient de pneumonie ou de Covid-19", précise le ministère de la Santé, qui indique qu'à l'image "de la grippe ou de la canicule", on ne connaîtra le nombre de morts que de façon "décalée, grâce aux certificats de décès".

Des bilans de "tendance" mais pas réels

Tout cela ne disqualifie pas cette méthode de recensement aux yeux du responsable presse de l'ARS francilienne, car "quand on a choisi un indicateur, il faut s'y tenir", et celui-ci "permet de voir la dynamique de l'épidémie et de savoir où il faut mettre plus de moyens". Selon lui, impossible de faire le bilan réel au jour le jour, "il faudra attendre des semaines, après la fin de l'épidémie, pour connaitre le vrai nombre".

Afin d'obtenir une photographie plus précise du nombre de décès, le Pr Jérôme Salomon a donc annoncé que l'on peut se fier aux données des bureaux d'état civil pour déterminer une éventuelle surmortalité par rapport aux années précédentes. 

Il note déjà que "la mortalité apparaît pour la première fois en hausse par rapport à la mortalité attendue, celle qu'on observe année après année chaque semaine du mois de mars. En particulier dans le Grand Est (...) sur ces deux dernières semaines".

Pour les données de mortalité plus récentes, le ministère de la Santé précise qu'il faudra attendre deux semaines pour estimer l’excès de mortalité survenu une semaine donnée.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.