La plateforme de diffusion vidéo sur Internet a fait face à une polémique après la suppression d'une séquence où une "streameuse" (les créateurs de contenus du site) discute tout en allaitant son bébé. Twitch a finalement précisé sa position sur le sujet, reconnaissant que la séquence n'avait rien de problématique.

La streameuse Heather Kent (sur sa chaîne "HeatheredEffect") a fait avancer les droits des femmes sur Twitch
La streameuse Heather Kent (sur sa chaîne "HeatheredEffect") a fait avancer les droits des femmes sur Twitch © Twitch (capture d'écran)

Ça n'a l'air de rien comme ça, mais la décision de Twitch est un symbole de la capacité d'Internet à s'adapter rapidement à des questions morales qu'il n'avait pas vu venir (et du pouvoir de nuisance finalement limité de certains). En effet, si la plupart des États américains (tout comme la France) autorisent l'allaitement dans les lieux publics, il peut parfois faire l'objet de gêne ou de critiques venant de certaines personnes.

Twitch, c'est cette plateforme de diffusion de vidéos en direct qui connaît une croissance fulgurante, notamment depuis son rachat par le géant Amazon, pour un milliard de dollars, en 2014. Depuis, elle rassemble plusieurs millions de spectateurs chaque mois, en quête de contenus de plus en plus variés : au départ uniquement tournée vers le jeu vidéo, Twitch propose désormais des "streameurs" (le nom donné à ceux qui créent des vidéos sur le site) dans de nombreux domaines et sur de nombreux thèmes.

Pas de congé maternité pour les "streameurs"

Sur sa chaîne "HeatheredEffect", Heather Kent propose ainsi à ses 16.600 abonnés des séquences d'ASMR (ces vidéos de sons apaisants très en vogue sur Internet) ou de peinture. Elle gagne sa vie avec ses vidéos, qu'elle a dû interrompre trois mois l'an dernier, pour la naissance de sa fille. Pas de congé maternité dans ce domaine professionnel encore en pleine évolution : elle a donc dû rapidement reprendre le travail, parfois avec sa fille dans les bras devant la caméra.

C'est le cas ce 24 juillet 2019, lors d'une vidéo d'1H30 avec une de ses amies mannequins, pour donner des conseils beauté. En plein milieu de la diffusion, sa fille s'agite, pleure, et elle commence donc tout naturellement à la nourrir, sans même interrompre la conversation.

Un des spectateurs isole l'extrait et le diffuse sur un autre site, sans mauvaise intention puisqu'il l'accompagne d'un commentaire sur le fait de "normaliser l'allaitement sur Twitch". Et c'est là que les ennuis commencent : d'autres internautes s'indignent de la séquence, certains accusant même Heather "d'utiliser son enfant comme excuse pour montrer ses seins" et "se faire de l'argent", et autres critiques plus ou moins absurdes.

D'autres vont même jusqu'à signaler le contenu de la vidéo à Twitch, pour "Nudité adulte" (la plateforme n'autorise pas les contenus érotiques), et le site supprime la séquence en question.

"L'allaitement n'est pas obscène"

Puis, Twitch change d'avis quelques jours plus tard. Dans un message directement adressé à Heather Kent, la société explique que la suppression de la vidéo a été décidée dans l'urgence, pour répondre aux demandes pressantes de plusieurs spectateurs, face à une situation jusqu'ici inédite sur le site.

Mais après examen plus approfondie, elle assure que "l'allaitement n'est pas et ne sera jamais contraire aux règles d'utilisation" de Twitch : "Comme vous l'avez si éloquemment dit vous-même, l'allaitement n'est pas obscène, et nous sommes d'accord avec vous." La plateforme annonce même une modification de ses règles d'utilisation pour éviter toute nouvelle ambiguïté sur le sujet.

Une victoire pour Heather (et plus largement les femmes sur Twitch), qui s'est est réjouie sur Twitter : "La morale de cette histoire, c'est qu'il ne faut jamais rien céder quand vous croyez en quelque chose, quels que soient les retours négatifs en face. Vous pouvez faire une différence !"

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.