La fausse information a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux lundi et mardi. Contactée par France Inter, la Marine nationale dément.

Le porte-avions Charles de Gaulle.
Le porte-avions Charles de Gaulle. © AFP / FRANCK BESSIERE

"99% de guérison chez les marins du Charles de Gaulle traités à la Chloroquine et à l'Azythromycine. Pas un mot dans la presse..." Cette fausse information a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux ce lundi. Et notamment sur Twitter où on retrouve plusieurs dizaines de messages de ce type depuis deux jours.

Exemple de tweet partagé le 2 mai avec cette capture d'écran affirmant que 99% des marins du Charles de Gaulle traités à l'hydroxychloriquine ont guéri
Exemple de tweet partagé le 2 mai avec cette capture d'écran affirmant que 99% des marins du Charles de Gaulle traités à l'hydroxychloriquine ont guéri

Un autre tweet avec cette "info" est partagé plus de 2.000 fois :

Sur Facebook, on retrouve plusieurs post avec invariablement ce même message, repris mot pour mot. Notamment celui-ci, partagé à presque 600 reprises

Sur Facebook, toujours le même message, très partagé.
Sur Facebook, toujours le même message, très partagé. / Capture d'écran

Message qu'on retrouve aussi dans des commentaires d'article sur le forum jeanmarcmorandini.com.

La Marine nationale dément catégoriquement

Sous les publications, de nombreux internautes émettent d'ailleurs des doutes sur l'origine de cette info, face à l'absence totale de sources. Ils ont en l'occurrence raison. Contactée par France Inter, la Marine nationale dément catégoriquement. "C’est faux. Aucun marin ne s’est vu administré le protocole du Pr Raoult", affirme un porte-parole de l'armée.

En outre, la quasi-totalité des marins du porte-avions Charles de Gaulle, testés positifs au coronavirus à bord ou à leur retour à terre, ont été déclarés guéris et sont sortis de l'hôpital ou de leur confinement en enceinte militaire, a indiqué lundi soir le porte-parole de la Marine. "98% des cas positifs du groupe aéronaval sont guéris", a-t-il souligné. Rappelons que chez la plupart des malades, le Covid-19 présente des symptômes légers, voire inexistants, et la guérison est avant tout une question de temps.

Le 24 avril, l'armée avait confirmé, auprès de nos confrères de franceinfo, avoir acquis de la chloroquine, "un achat de précaution." Le ministère expliquait alors avoir réalisé cet achat au cas où "la chloroquine se révélait validée par les autorités de santé comme étant utile pour lutter contre le Covid-19".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.