87% des Français comptent boire le soir du Nouvel An, et certains envisagent de rentrer en voiture après une consommation raisonnable d'alcool. Mais attention aux dosages trompeurs : avec "seulement deux verres", on peut déjà être au-delà de la limite autorisée.

Deux verres de bière au bar ne représentent pas le même volume d'alcool que deux verres servis à la maison
Deux verres de bière au bar ne représentent pas le même volume d'alcool que deux verres servis à la maison © AFP / MICROGEN IMAGES / SCIENCE PHOTO LI / SMD / Science Photo Library

"J'ai juste bu deux verres, je peux conduire !" Cette phrase, vous ou votre entourage l'a peut-être déjà prononcée au cours d'une soirée festive. Depuis plusieurs années, la Prévention routière met en avant cette jauge pour mieux se repérer quant à la quantité que l'on consomme : un verre équivaut à 0,25 g/litre de sang, deux verres à 0,5 g/litre de sang (la limite autorisée pour conduire) et trois verres à 0,8 g/litre de sang (la dose à partir de laquelle l'infraction devient un délit). 

Capture d'écran du site de la Sécurité routière
Capture d'écran du site de la Sécurité routière / Sécurité routière

En théorie, le message est bien passé auprès des Français. "Mais en pratique, on ne peut pas s'arrêter à cette mesure", plaide Anne Lavaud, déléguée générale de la Prévention routière. Car les dosages ne sont pas fiables. "0,5 grammes d'alcool dans le sang, c'est deux verres de 25 cl de bière à 5°, deux verres de 12,5 cl de vin à 10°, ou deux verres de 3 cl d'alcool fort à 40°", détaille-t-elle. 

"Ça, c'est ce qu'on appelle les 'doses bar', qui sont servies au restaurant ou au bar. En revanche, à la maison, on sait très bien que ces doses ne sont pas respectées."

"On sait qu'on a la main beaucoup plus lourde quand on reçoit des amis et qu'on remplit les verres. Surtout les alcools forts : si à la maison, on vous sert un whisky ou une vodka de 3 cl, vous aurez vraiment l'impression de ne rien avoir dans votre verre." Chez soi, les verres ne sont souvent pas gradués (contrairement aux verres de restaurant), on se sert des doses bien plus fortes et donc, "dire qu'on va prendre juste deux verres, cela équivaut en réalité à peut-être quatre verres au restaurant", martèle Anne Lavaud.

La Prévention routière dénonce "un vrai problème de communication" autour de cet enjeu. Pour y répondre, les défenseurs de la sécurité routière plaident pour la démocratisation des outils de test d'alcoolémie, pour "ne pas juste se vouer à cette évaluation empirique et absolument pas fiable". Vous pouvez vous procurer des éthylotests en grandes surfaces, en pharmacie, dans les stations-services ou encore les centres automobiles type Feu Vert ou Norauto. Surtout, pensez à anticiper : cette année, 87% des Français vont boire de l'alcool le soir du Nouvel An, mais moins de la moitié a prévu une solution pour rentrer, selon une étude parue ce vendredi. En 2018, l'alcool était encore en cause dans un tiers des accidents mortels sur la route, soit 985 morts. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.