Agriculteur à Notre-Dame-des-Landes depuis 1999, Marcel Thébault en avait été expulsé en 2012 lorsque l'aéroport était encore un projet. Ce mardi, avec trois autres "historiques" comme lui, il va signer une convention d'occupation précaire lui permettant de reprendre son activité.

Marcel Thébault va pouvoir retravailler sur ses terres
Marcel Thébault va pouvoir retravailler sur ses terres © AFP / Damien Meyer

Marcel Thébault et sa famille avaient été expulsés de leur propriété de Notre-Dame-des-Landes. C'était en 2012 quand l'État pensait encore  pouvoir y implanter un aéroport. Mais Marcel n'a pas lâché et a résisté avec les zadistes. Ce mardi, il va pouvoir voir ses efforts récompensés. Avec trois autres agriculteurs implantés dans la zone depuis plusieurs années, il va signer une convention d'occupation précaire, un bail renouvelable lui donnant, à nouveau, la jouissance de sa demeure et de ses terres. 

Paysan, résistant et squatteur malgré lui

Celui qui se qualifie de paysan-résistant se réjouit de pouvoir poursuivre l'exploitation des terres qui sont les siennes depuis 1999 mais qu'il a du "squatter" depuis 2012, après en avoir été exproprié. 

Marcel Thébault a du "squatter" ses propres terres durant six ans.
Marcel Thébault a du "squatter" ses propres terres durant six ans. © Radio France / Philippe Randé

Quand tes enfants te demandent si demain les CRS vont arriver ou s'il va falloir dormir sous les ponts, ce sont des moments où il faut assurer !                
Marcel Thébaut, agriculteur à Notre-Dame-des Landes

Maintenant qu'il va pouvoir être régularisé, Marcel reconnait que ces années de lutte représentent "une belle aventure militante". Il souhaite que jeunes zadistes venus combattre et qui ont proposé un projet d'installation puissent eux aussi obtenir une autorisation : "Je trouve réconfortant de côtoyer une génération qui se dit « la société va de travers !», sourit-il. On s’investit totalement en tant que vieux monsieur de presque 60 ans ! Je trouve ça rassurant pour l’avenir." 

Repenser le monde

Les projets proposés par ces futurs néo-agriculteurs l'enchantent. "On a absolument besoin d’expérimentations comme celles qu'ils proposent pour pouvoir avoir des billes pour repenser notre monde différemment demain" lance-t'il.

Avec la signature de ces quatre conventions d'occupations précaires, avec le dépôt de 40 projets dont 28 agricoles à la préfecture par les occupants de la ZAD, les choses semblent prendre forme à Notre-Dame-des-Landes. Mais le calme reste précaire. Ce lundi encore des affrontements ont eu lieu entre les forces de l'ordre et les zadistes. Les gaz lacrymogènes ont une fois de plus fusé. "Un geste a été fait de la part des habitants de la zone, a déclaré Baptiste, 33 ans devant la presse, évoquant les dossiers déposés comme demandé par la préfecture. Ce n'est plus à nous de faire un geste, c'est très clairement au gouvernement afin de prolonger l'apaisement". Un apaisement qui ne peut qu'être bénéfique pour les habitants, les bêtes et la terre de Notre-Dame-des-Landes.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.